L’histoire de Youssouf : B7

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Elles dirent: «A Allah ne plaise! Nous ne connaissons rien de mauvais contre lui». (TSC[i], Youssouf (JOSEPH) : 51). C’étaient les mêmes femmes qui : “Lorsqu'elles le virent, elles l'admirèrent” et “se coupèrent les mains(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 31). Elles avaient changé et étaient devenues pieuses. Auparavant, insouciantes et légères, elles avaient été attirées par sa beauté et, bien qu’elles aient dit –ce qui peut être traduit par - A Allah ne plaise! Ce n'est pas un être humain”, elles lui avaient fait la même demande que la femme de Al-‘Azîze. Ce après quoi Joseph avait dit : “ Et si Tu n'écartes pas de moi leur ruse, je pencherai vers elles et serai du nombre des ignorants» [des pécheurs]. Son Seigneur l'exauça donc, et éloigna de lui leur ruse. (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 33,34).

Quel est le secret de ce changement survenu à ces femmes ? Allah a tout simplement exaucé cette prière de Joseph et les femmes dirent : “ –ce qui peut être traduit par - : “«A Allah ne plaise! Nous ne connaissons rien de mauvais contre lui». Et la femme d'Al-`Azize dit: «Maintenant la vérité s'est manifestée. C'est moi qui ai voulu le séduire. Et c'est lui, vraiment, qui est du nombre des véridiques!» (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 51). Cette dernière avait également changé et dit : “«Cela afin qu'il sache que je ne l'ai pas trahi en son absence, et qu'en vérité Allah ne guide pas la ruse des traîtres. Je ne m'innocente cependant pas, car l'âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du péché]. Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux». (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 52,53). C’était elle pourtant qui avait dit auparavant: “Or, s'il ne fait pas ce que je lui commande, il sera très certainement emprisonné et sera certes parmi les humiliés».(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 32). Ce qu’elle lui avait commandé était la fornication. Maintenant, par plus d’honnêteté, elle dit : “C'est moi qui ai voulu le séduire. (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 51) car c’était elle qui lui avait proposé : “«Viens, (je suis prête pour toi!)» (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 23).

Pour comprendre le secret du changement survenu à ces femmes  et à l’épouse de Al-Azize, il faut ouvrir une parenthèse et parler de ces belles notions : “Le repentir, la miséricorde et le pardon d’Allah”. Je le dis à tous ceux qui ne croient pas que Allah pardonne la fornication, la consommation d’alcool, etc.

Est-ce que celui qui a accepté le repentir de l’épouse de Al-‘Azize et des autres femmes, n’acceptera pas le vôtre ? Et si Allah est aussi miséricordieux pourquoi ne nous repentons-nous pas ? J’aimerais insister sur ce sens que le pardon d’Allah va très loin. Nous avons l’exemple de l’épouse de Al-‘Azize que nous avons haïe tout au long des épisodes qui ont traité de son histoire, et qui s’est repentie. Les versets disent – ce qui peut être traduit par - : “Puis Il agréa leur repentir pour qu'ils reviennent [à Lui (TSC, At-Tawba (LE DESAVEU ou LE REPENTIR) : 118).

Ne désespérez jamais, même si le péché que vous avez commis dure depuis quinze ou vingt ans. Ne voyez-vous pas que la femme de Al-‘Azize dit “ Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux” ? Il faut avoir confiance en Allah, béni et exalté soit-Il.

Les trois millions de pèlerins qui montent au matin sur le mont Arafat et redescendent au soir déchargés de tout péché attestent de ce verset. Savez-vous quel est le plus grand péché ? C’est de croire que celui que vous avez commis est plus grand que la miséricorde d’Allah. Nous sommes tous là, assis ensemble avec une multitude de péchés, de mauvaises actions et de fautes qui, si elles étaient visibles, nous dégouteraient les uns des autres. Seul Allah peut nous supporter.

Un homme pieux appelé Mohammed ibn Wâssi‘ dit : “ Si les péchés avaient de la senteur, nous ne serions pas assis ensembles. Pourtant Allah, vous supporte, cache vos fautes, vous garde pendant votre sommeil alors que vous lui désobéissez toute la journée, prend votre âme  quand vous dormez et vous la rend au matin alors qu’elle est pleine de péchés et vous la laisse tant d’années.

Celui qui a accepté le repentir de l’épouse de Al-‘Azize peut accepter le vôtre lorsque vous le désirez et Allah, que Son nom soit glorifié et exalté, dit dans le hadith transcendant : “ Il n’y a pas un jour où la mer ne demande la permission à son Seigneur et dit : “Ô mon Seigneur, permets-moi de noyer le fils d’Adam. Il est nourri par Ta subvention et adore quelqu’un d’autre que Toi. Et le ciel dit : “Ô Seigneur, permets-moi d’écraser le fils d’Adam. Il est  nourri par Ta subvention et adore quelqu’un d’autre que Toi. … Allah, glorifié et exalté soit-Il, répond chaque jour : “Laissez-les. Si vous les aviez créés, vous auriez pitié d’eux. Dans un autre hadith qui parle de la désobéissance d’Ibliss (Satan) et de son insistance à subjuguer le fis d’Adam, Allah dit : “ Par Ta puissance et Ta majesté, je ne cesserai d'induire les enfants d'Adam en erreur tant que leurs âmes seront dans leurs corps. Allah dit alors : Par Ma puissance et Ma majesté, Je ne cesserai de leur pardonner tant qu'ils Me le demandent.”

Il y a également ce hadith du Prophète (BP sur lui) : “Au jour de la création du ciel et de la terre, Allah a créé à l’Ouest une porte large autant que la distance d’une marche de soixante-dix ans, toujours ouverte jusqu’au Jour de la Résurrection. Savez-vous quelle est cette porte ?” Ils répondirent : “Non.” Il dit : “Le repentir.”

Si la porte est de cette largeur pourquoi ne pas la traverser et pourquoi dormir avec vos péchés.

Cependant, il y a trois conditions pour que le repentir soit accepté : “

-                            Regretter la faute. Je dois sentir de la peine dans mon cœur pour l’avoir accomplie. Me mordre les doigts en me rappelant que je vais rencontrer Allah au Jour de la Résurrection avec des péchés comme la consommation d’alcool, de drogue ou la fornication. Me demander comment j’ai pu avoir l’audace de Lui désobéir, prendre injustement le dû d’une autre personne ou lui faire du tort.

-                            Ne plus récidiver.

-                            Être décidé à ne pas la recommencer.

Nous pouvons ainsi trouver parmi nous quelqu’un qui a un lien extraordinaire avec Allah et L’aime énormément. Si les trois conditions existent, il est certain que la faute a été effacée. Celui qui ne se rappelle pas de ses fautes et demande à Allah de les lui pardonner peut commencer une nouvelle page, il sera comme ceux qui descendent du mont Arafat pendant le pèlerinage, c’est-à-dire absous de tout péché. Le repentir complet ne concerne pas uniquement les pèlerins, la miséricorde d’Allah est partout. Il faut que chacun voie en lui-même s’il peut se repentir de ses fautes ou non.

Allah, que Son nom soit glorifié, dit –ce qui peut être traduit par - : “ «Ô  Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux. " (TSC, Az-Zoumar (LES GROUPES) : 53).

Un autre beau hadith transcendant dit : “Ô fils d’Adam, Je t’ai créé du néant et Je t’ai nanti de l’ouïe, de la vue, du cœur et du cerveau. Ô fils d’Adam, Je te remercie et tu M’oublies, Je te donne et tu ne M’es pas reconnaissant, Je fais cas de toi et tu n’en fais pas de Moi. Suis-Je avare pour que tu le sois avec Moi, ô fils d’Adam ?

Il a été dit que lorsque le serviteur lève les mains au ciel et dit : “Ô Allah, ô Allah, ô Allah.” Allah, que Son nom soit glorifié et exalté, répond : “Ô mes Anges, ne Me cachez pas la voix de Mon serviteur. Ils répondent : “Seigneur, il ne mérite pas Ta miséricorde.” Il leur dit : “ Mais Je suis qualifié pour pourvoir la dévotion et le pardon et Je vous rends témoin que je lui pardonne.

En vérité, l’histoire de l’épouse de Al-‘Azize, n’est pas la seule de ce genre. La biographie du Prophète (BP sur lui) est pleine d’autres histoires bien,pires. Par exemple, Hend bint ‘Outba a fait beaucoup de mal au Prophète (BP sur lui) et à ses compagnons au point où il lui a donné le surnom de “celle qui mange les foies”. Elle avait payé de l’argent pour faire assassiner Hamza (oncle du Prophète), avait éventré son cadavre avec un poignard et s’était mise à mastiquer un bout de son foie. Dans une autre version, il a été dit qu’elle était venue avec son mari Abou Soufiâne et qu’ils s’étaient mis à frapper avec une lance à l’intérieur de la bouche de Hamza. Pourtant, le Prophète (BP sur lui) le jour de son entrée triomphale à la Mecque, dit : “Celui qui s’abrite dans la maison de Abou Soufiâne sera en sécurité.” L’idée avait plu à ce dernier, mais Hend s’était mise contre lui et disait toujours : “Attention de suivre Abou Soufiâne, continuez à combattre Mohammed.”

Le Prophète (BP sur lui) avait donné la sécurité à tous les gens et dit : “Allez, vous êtes libres.”, excepté dix personnes parmi lesquelles Hend bint ‘Outba. Mais celle-ci était venue se placer devant lui et lui avait fait serment d’allégeance pour se sauver.

Quinze ans après cette situation, c’était elle qui encourageait les combattants musulmans durant la bataille de Al-Yarmouk. C’était une bataille décisive et celui qui devait la gagner allait commander la terre. Les Byzantins y étaient au nombre de deux cents quarante mille combattants et les Musulmans au nombre de trente-six mille. Ces derniers qui avaient vu l’ennemi devant eux comme un nuage noir s’étaient mis à reculer. Hend avait pris le pilier d’une tente et frappait le cheval du soldat Musulman qui revenait et disait : “Où allez-vous défenseurs de l’Islam, où allez-vous vous qui demandez le martyre, de quoi vous échappez-vous ! D’Allah ou du Paradis ? Par Allah, n’apportez pas la honte aux Musulmans.” En voyant Abou Soufiâne revenir en arrière, elle lui dit : “Raffermis-toi fils de Saqr, ne nous suffit-il pas que nous avons longtemps combattu le Prophète ? Rachète ce que nous lui avons fait, meurs en essayant de lui donner satisfaction pour racheter nos fautes passées.”

Il ne faut jamais désespérer des gens. Abou Soufiâne qui avait combattu les Musulmans à Ohod et à Al-Khandaq, le chef de l’armée païenne pendant de longues années, criait de toute sa voix aux Musulmans dans leur bataille contre les Byzantins : “Ô vous les Musulmans, raffermissez-vous ...raffermissez-vous, vous qui recherchez le Paradis, raffermissez-vous, bienvenue au Paradis.” C’était là Abou Soufiâne qui a perdu un oeil dans cette bataille de Al-Yarmouk et l’autre dans celle de Al-Qâdissiya en combattant pour la grâce d’Allah.

‘Ikrima ibn Abi Djahl, le Pharaon de cette Omma (nation musulmane) est mort en martyr pendant la bataille de Al-Yarmouk où il avait dit : “Qui veut me suivre dans la mort !” Quatre cents autres l’avaient suivi et étaient morts en martyrs pour la grâce d’Allah.

Ce que j'aimerais noter ici c'est la miséricorde d'Allah. L’épouse de Al-‘Azize et ses amies s’étaient repenties, Hend bint ‘Outba et ‘Ikrima ibn Abi Djahl s’étaient repentis également et il faut garder de l’espoir pour tout le monde. Il suffit que quelqu’un leur prenne la main et les attire avec amour et gentillesse et non avec rudesse.

Des jeunes gens viennent me dire que leurs amis sont égarés et qu’il n’y a rien à faire pour eux. Ils me demandent comment agir et je leur dis que la patience envers ces personnes fait partie de la cure.

Si vous me demandez quelle a été la cause essentielle du repentir de la femme de Al-‘Azize et de ses amies, je vous dirai que les gens changent avec le temps. Voyons comment les jeunes gens qui se trouvent avec nous étaient il y a trois ou quatre ans et nous tous d’ailleurs. La raison principale du changement de l’épouse de Al-‘Azize est le dégoût du péché. Nous sommes faits d’une âme et d’un cœur et le corps après un certain temps ne veut plus du péché. De plus, l’âme a besoin d’Allah comme l’estomac désire la nourriture et elle souffre de cette faim également. C’est ce qui est arrivé avec l’épouse de Al-‘Azize et c’est pourquoi je dis l’avenir est pour l’Islam. L’humanité entière a assez du matérialisme au milieu duquel elle vit. Est-ce que les gens vivent en paix en Occident ? Le crime a-t-il diminué, la technologie a-t-elle apporté la paix, la déprime a-t-elle diminué ou augmenté, et le nombre de psychologues ?

La terre s’est fatiguée et elle a besoin de l’Islam, elle aspire à Allah et c’est pour cela que de nombreux jeunes gens retournent vers la religion. Ne ressentez aucune gêne de la vôtre, l’avenir lui appartient. Il y a beaucoup de bien à l’intérieur des êtres et vous devez éveiller votre entourage. Pour le faire, vous devez vous nantir d’une haute morale avec des qualités supérieures, vous rapprocher de leur manière de s’habiller, être souriant et optimiste et réussir votre vie.

Retournons à l’histoire de Joseph, lorsque la femme de Al-‘Azize dit courageusement : “ «Maintenant la vérité s'est manifestée. C'est moi qui ai voulu le séduire. Et c'est lui, vraiment, qui est du nombre des véridiques!» (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 51). Avec toute sincérité, elle a voulu le faire sortir de prison. Nous devons apprendre d’elle son repentir parfait et sa façon de le dire directement sans mollesse. Nous voyons par exemple un jeune homme qui rompt sa relation avec une jeune fille et dit vouloir continuer à être simplement des amis. Je dis que Satan se moque de lui parce que dans un moment de faiblesse, tout recommencera. Egalement celui qui se repentit du gain illicite mais attend que sa source se tarisse d’elle-même dans son travail. Le verset nous dit –ce qui peu être traduit par - : “ ... vous qui avez cru! Repentez-vous à Allah d'un repentir sincère. (TSC, At-Tahrîm (L'INTERDICTION) : 8). Sincère ici signifie complet...”

L’épouse de Al-‘Azize dit encore : “Cela afin qu'il sache que je ne l'ai pas trahi en son absence”. De qui parlait-elle ? De Joseph, de son mari Al-‘Azize ou du roi ?

Nous avons là un exemple de la beauté d’expression coranique qui peut signifier plusieurs choses avec un seul mot. Nous pouvons ainsi dire qu’il s’agissait de Joseph qu’elle a fait sortir de prison et de son mari qu’elle n’a pas trompé puisqu’elle n’avait pas commis le mal dont elle avait eu l’intention. Le même verset nous dit –ce qui peut-être traduit par - : “ en vérité Allah ne guide pas la ruse des traîtres”. C’est une règle coranique car Allah humilie celui qui dupe une personne en faisant semblant d’avoir une bonne intention. Les jeunes doivent noter ces valeurs et savoir que Allah ne fera pas réussir celui qui veut se hausser aux dépens d’autrui. Egalement la jeune fille qui a des relations avec un garçon sans l’autorisation de ses parents et qui les dupe après tout ce qu’ils ont fait pour elle. La femme de Al-‘Azize avait continué et dit : “ Je ne m'innocente cependant pas, car l'âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du péché]. Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux». (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 53)

Ensuite vient le verset 54 –qui peut être traduit par - : “ Et le roi dit: «Amenez-le moi: je me le réserve pour moi-même».” Le roi avait dit précédemment “Amenez-le moi ” mais cette fois-ci il y ajoute “ je me le réserve pour moi-même”. Il avait vu que Joseph ne cherchait pas à se rapprocher de lui par intérêt et cela le lui fit plus estimer. C’est une leçon que nous devons tous apprendre et savoir que la fierté et l’amour propre apportent des bénéfices plus importants que la flatterie. Joseph n’avait pas accepté de sortir de prison avant d’être innocenté et je dis aux jeunes de ne pas flatter leurs supérieurs en pensant qu’ils le font pour leur avenir.

Nous devons remarquer que ces paroles “ A Allah ne plaise!” ont été répétées deux fois dans la sourate ainsi que “Amenez-le moi ” Egalement d’autres mots qui ont été souvent répétés pour attirer l’attention et les rendre plus impressionnants. Par exemple le terme “tunique” “ Ils apportèrent sa tunique tachée d'un faux sang.(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 18).  et elle lui déchira sa tunique par derrière (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 25). Si sa tunique [à lui] est déchirée par devant(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 26). Mais si sa tunique est déchirée par derrière(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 27). Cette tunique a été mentionnée avant son entrée en prison et elle a été la cause du retour de la vue de son père. En effet le verset dit : “ Nous te racontons le meilleur récit(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 3).

Le roi dit à Joseph : “ «Tu es dès aujourd'hui près de nous, en une position d'autorité et de confiance». " (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 54). De ces quelques paroles, nous comprenons que le roi l’a trouvé éloquent et courageux et en conséquence lui fit confiance et lui donna l’ “autorité”.

Joseph répondit : “ Et [Joseph] dit: «Assigne-moi les dépôts du territoire: je suis bon gardien et connaisseur». " (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 55). Des qualités qui, en plus de la liberté d’agir et de l’autorité, doivent se trouver chez toute personne à qui on veut confier un travail : “La probité, l’honnêteté et la science.

Comme “honnêteté” est synonyme de probité, les qualités se réduisent à deux. Par conséquent, si quelqu’un veut employer un autre ou lui donner sa fille en mariage, il faut rechercher en lui la probité et la science c’est-à-dire comment il agit et vit dans le monde.

Puis vient ce verset –qui peut être traduit par - : “ Ainsi avons-nous affermi (l'autorité de) Joseph dans ce territoire et il s'y installait là où il le voulait. Nous touchons de Notre miséricorde qui Nous voulons et ne faisons pas perdre aux hommes de bien le mérite [de leurs œuvres]. " (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 56). Imaginons un peu tout ce par quoi Joseph a dû passer. D’un puits étroit à l’esclavage, à la prison, à la pleine liberté et à l’autorité sur tout le Moyen-Orient. Qui donc l’a fait sortir du puits, de la prison et lui a donné cette puissance ? C’est Allah et ce verset nous apprend à avoir confiance en Lui.

En observant l’histoire de Joseph, nous réalisons qu’elle avance à contresens. D’abord, l’amour de son père (une belle chose) qui le mène au puits. Ensuite le puits (mauvaise chose) le mena au palais de Al-‘Aziz. Suite à ce séjour (belle chose) il fut mis en prison (mauvaise chose) qui a été la cause de sa position comme haut ministre d’Egypte (belle conséquence).

Celui qui se trouve démuni, faible ou sans les moyens de se marier ne doit pas désobéir à Allah ou s’éloigner de Lui, parce que tout l’univers est entre Ses mains. Il doit L’invoquer, se réfugier en Lui et consolider ses liens avec Lui. Sûrement Il l’exaucera et le soutiendra comme Il a fait pour Joseph.

Maintenant que la vie pénible s’est terminée pour lui, un autre genre d’épreuve l’attend, celle de la puissance. Celui qui sort d’une prison qui mesure un mètre carré et se voit soudain gardien des trésors de la terre, pourra-t-il demeurer ferme ? Il y a des gens qui sont bien tant qu’ils vivent à l’étroit, mais dès que la situation s’améliore pour eux, ils changent.

Les Compagnons du Prophète (BP sur lui) disaient : “Nous avons passé l’épreuve du malheur et nous avons patienté tandis que nous n’avons pu le faire pour le bonheur.”

Ainsi celui qui se trouve à l’étroit dans la vie est dans la grâce et il ne faut pas craindre pour les jeunes le manque de biens mais la fortune et les hautes positions dans le futur. L’épreuve du malheur est apparente mais celle de la fortune est masquée. Il est plus difficile de résister au mal lorsque nous sommes nantis que lorsque nous sommes démunis et nous avons besoin de plus de patience. Par conséquent il ne faut pas être triste en se trouvant à l’étroit. Nous comprenons ainsi ces dernières paroles du Prophète à l’approche de sa mort : “Ô vous les gens, par Allah, ce n’est pas la pauvreté que je crains pour vous mais la vie et votre concurrence à son propos comme ceux d’avant vous ont fait et que vous périssiez comme ils ont péri.” Nous avons ce verset dans la sourate Youssouf : “ Et la récompense de l'au-delà est meilleure pour ceux qui ont cru et ont pratiqué la piété.” (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 57).

Le verset suivant dit: “Et les frères de Joseph vinrent et entrèrent auprès de lui. Il les reconnut, mais eux ne le reconnurent pas.(TSC, Youssouf (JOSEPH) : 58). Il nous décrit un événement survenu après les sept années grasses et une des années maigres et nous donne un exemple de la belle expression coranique qui résume huit ans en ces quelques mots : “ Et les frères de Joseph vinrent”. Ils signifient que le rêve et le plan se sont réalisés et que l’Égypte exporte la nourriture au monde entier. Un verset d’une extrême éloquence qui prouve que le Coran est une révélation divine puisqu’il peut résumer et certifier tant d’événements avec ces mots.



[i] Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du noble Coran