L’histoire de Youssouf : B5

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

                  

Le Prophète Joseph aurait pu dès le début interpréter leurs rêves, mais il a préféré leur parler de la religion d’abord. Il pouvait prendre l’un des deux valets à part et lui annoncer qu’il allait mourir puis parler à l’autre de Allah. Mais il a parlé aux deux de religion... cela signifie qu’on peut parler à n’importe qui de l’amour de Allah ...

La Da’wa (appel à Allah) n’est pas une faveur, c’est un devoir. Allah - que Son nom soit exalté - dit –ce qui peut être traduit comme : « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. », (TSC[i], 'Âl-`Imrân’ (La famille d’Imran) :104.) Allah ne nous cache rien, Il ne nous a pas choisis sans raison –ce qui peut être traduit comme: « Vous êtes la meilleure communauté, qu'on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers. » (TSC, 'Âl-`Imrân’ (La famille d’Imran) :110.) Et le Prophète (BP sur lui) a dit : « Vous commanderez le convenable et interdirez le blâmable sinon Allah séparera vos cœurs puis vous l’invoquerez et il ne vous exaucera pas. » Si tu ne guides pas les gens, tes invocations ne seront ni acceptées ni exaucées et tu seras puni avant les autres. La question de la Da’wa est vaste. Je suis en train de vous en parler tout en souhaitant que chacun d’entre vous décide d’instruire ses amis vers le droit chemin.

Tu auras la plus grande rétribution si tu guides les gens vers Alah, qui dit –ce qui peut être traduit comme: «Et qui profère plus belles paroles que celui qui appelle à Allah, fait bonne œuvre et dit: “Je suis du nombre des Musulmans ?” » (TSC, ‘Foussilat’ (Les Versets détaillés) :33). Le Prophète (BP sur lui) a dit : « Par Allah! Il vaudrait mieux pour toi d'être, grâce à Allah, le guide d'un seul homme dans la bonne voie que de posséder des chameaux roux».

Allah le Très Haut dit-ce qui peut être traduit comme : « C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes » (TSC, ‘Al-Mâ'ida’ (La Table servie) : 32.) Auparavant, je croyais que faire don de la vie à quelqu’un, c’était ne pas le tuer. Toutefois, une fois quelqu’un m’a appelé au téléphone et m’a parlé au sujet de son fils qui se droguait. Il voulait me l’envoyer pour que j’en prenne soin et lorsqu’il a senti que j’étais occupé, il m’a dit : “mon fils, « Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes ».  Il m’avait appris que mettre un être humain sur la bonne voie, c’était lui faire don de la vie... Pourquoi alors n’essayes-tu pas de faire don de la vie à tes frères et à tes amis ?

Le verset coranique confirme ce sens : « Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes ». Il ne faut pas oublier que  « Celui qui instaure dans l'Islam une bonne tradition en aura la récompense et la récompense de ceux qui œuvreront avec après lui ». Si tu guides quelqu’un, il guidera à son tour un autre qui, à son tour, orientera un troisième et tu auras des rétributions le long de cette chaîne, et tu te demanderas le jour du Jugement dernier d’où sont venues ces rétributions ; et même si tu as commis des péchés, les portes du Paradis te seront ouvertes. Alors je te conseille de choisir ceux à qui tu fais la Da’wa, ceux qui te font gagner beaucoup de rétributions. Il faut chercher une personne qui a de l’influence sur les gens et qui pourra leur communiquer l’amour de Allah. Guide-la et sois patient. Dans un groupe d’amis par exemple, cherche celui qui a de l’influence sur ses condisciples, parce qu’une fois guidé, il s’occupera des autres. La Da’wa, nos frères, est le fait de guider les gens vers la bonne voie. Outre sa grande rétribution et le fait qu’elle soit un devoir, c’est le seul espoir qui reste aux musulmans...

Je vous le dis en toute franchise, l’Islam n’a aucun espoir de se propager avec les bombes, les canons et les massacres. Le seul espoir, c’est de marcher sur les pas de notre Prophète (BP sur lui). Comment le Prophète a-t-il commencé la Da’wa ? Il était seul, à part un ami, et tous les autres étaient des mécréants... Alors qu’aujourd’hui - louanges à Allah - le nombre de musulmans dans le monde est de l’ordre d’un milliard et quatre cents millions... Le Prophète a commencé par son compagnon Abou Bakr, qui a appelé à l’Islam sept personnes et celles-là ont guidé soixante-dix (70) personnes... Quant aux musulmans de Médine, ils étaient au nombre de six. Ils sont retournés voir le Prophète, une année après en étant douze (12) ; le Prophète fut très content. Alors, l’année suivante, ils sont revenus et leur nombre atteignait soixante-treize (73) hommes et deux (2) femmes. L’année d’après, ce fut le Prophète qui leur rendit visite.

Si tu me demandes quel est le plan pour que l’Islam réussisse, je te dirai c’est de faire prendre conscience à celui qui est à côté de toi, sans recours à la violence. L’essentiel, c’est d’être des musulmans pratiquants, le verset dit  - ce qui peut être traduit comme : « En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes » TSC,  ‘Ar-Ra`d’ (le Tonnerre) : 11. « Allah a promis à ceux d'entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu'Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l'a donnée à ceux qui les ont précédés » (TSC,  ‘An-Noûr’ (La Lumière) : 55.)

C’est sans conteste : le succès de l’Islam c’est ton affaire et ce n’est pas la peine de te lamenter et d’accuser les circonstances et dire que c’est la réalité des musulmans... réveille ton voisin,ton collègue de travail... L’Islam, c’est la responsabilité de tous ceux qui entendent mes propos et cela jusqu’au jour de la Résurrection... Davantage de gens tu réveilles, plus ta valeur sera rehaussée chez Allah... il n’y a aucun espoir ni plan ni honneur en dehors de la Sunna du Prophète (BP sur lui). Il marchait autour de la Ka’ba qui était entourée d’environ soixante-seize statues et n’avait jamais essayé d’en détruire une seule. Néanmoins, il y avait tous les jours un nouveau converti à l’Islam. Grâce à sa relation avec Allah, à son comportement, à ses qualités et à sa réussite dans la vie, il est parvenu à diriger la nation en vingt-cinq ans.

Il y a des gens qui disent ne pas pouvoir mener la Da’wa parce que leur savoir est limité. Nous leur répondons que le Prophète (BP sur lui) dit : « Faites parvenir de moi ne serait ce qu’un verset.». Si tu sais ce que c’est que la prière, parles-en aux gens ; ce que tu es en train d’écouter aujourd’hui tu peux aller le raconter à ta famille et à tes proches… L’imam Ahmed Ibn Hanbal a dit : “Celui qui entend parler d’une question, devient connaisseur de cette question”. Tu connais la prière du vendredi et son importance, parles-en aux gens, mais ne t’aventure pas dans des fatwas concernant des choses que tu ignores... De même qu’il y a des gens qui disent ne pas pouvoir inviter les gens à revenir vers Allah puisque lui n’est pas un bon croyant ou qu’elle ne porte pas le hijab, ou parce qu’ils ont commis beaucoup de péchés… Bien sûr que tu peux appeler à Allah... Allah ne dit-Il pas - ce qui peut être traduit comme : « Commanderez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire », (TSC, ‘Al-Baqara’ (La Vache) : 44.) Donc, il t’est interdit de donner des conseils aux gens en n’ayant pas l’intention de les appliquer toi-même ; par exemple si quelqu’un fume, il peut conseiller un autre fumeur mais tout en ayant l’intention d’arrêter lui aussi...Tu vois que la Da’wa t’incite à te remettre sur la bonne voie. Un autre exemple : quelqu’un qui ne baisse pas ses yeux lorsqu’il voit une femme passer et voit un autre faire comme lui, il peut lui en parler mais en ayant l’intention de mettre ce conseil en pratique, parce que celui qui donne des conseils aux gens aura honte de ne pas les appliquer à son tour, et ainsi tu seras le premier bénéficiaire de la Da’wa.

Tu veux persister sur la voie de l’obéissance à Allah ?... Accomplis la Da’wa... Tu veux renouveler la foi dans ton cœur... tu étais très pratiquant et tu ressens une chute ?... Appelle quelqu’un à Allah, tu trouveras que chaque mot prononcé à son attention vivifiera ta foi comme si tes cellules étaient en train de se renouveler... L’imam Ibn Taymia a dit : “Il ne faut pas que quelqu’un se dise, je ne ferai la Da’aw que lorsque ma foi sera complète parce que, soit il viendra le jour où il dira que sa foi est complète, et il sera donc égaré, soit il mourra avant que sa foi ne soit complète”. Alors, quelle est la solution ? C’est de faire l’appel à Allah selon tes conditions actuelles, et ta foi sera affermie. Tu n’as aucun prétexte, l’Islam est ta responsabilité et la récompense est grande.

Allons-y apprendre l’art de la Da’wa et Cheikh Chaaban nous lira les versets du 36 au 41 de la Sourate ‘Yoûssouf’ (Joseph)- ce qui peut être traduit comme : « Deux valets entrèrent avec lui en prison. L'un d'eux dit : “Je me voyais [en rêve] pressant du raisin...” Et l'autre dit : “Et moi, je me voyais portant sur ma tête du pain dont les oiseaux mangeaient. Apprends-nous l'interprétation (de nos rêves), nous te voyons au nombre des bienfaisants”. La nourriture qui vous est attribuée ne vous parviendra point, dit-il, que je ne vous aie avisés de son interprétation [de votre nourriture] avant qu'elle ne vous arrive. Cela fait partie de ce que mon Seigneur m'a enseigné. Certes, j'ai abandonné la religion d'un peuple qui ne croit pas en Allah et qui nie la vie future. Et j'ai suivi la religion de mes ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob. Il ne nous convient pas d'associer à Allah quoi que ce soit. Ceci est une grâce d'Allah sur nous et sur tout le monde; mais la plupart des gens ne sont pas reconnaissants. Ô mes deux compagnons de prison! Qui est le meilleur: des Seigneurs éparpillés ou Allah, l'Unique, le Dominateur suprême ? Vous n'adorez, en dehors de Lui, que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et à l'appui desquels Allah n'a fait descendre aucune preuve. Le pouvoir n'appartient qu'à Allah. Il vous a commandé de n'adorer que Lui. Telle est la religion droite; mais la plupart des gens ne savent pas. Ô mes deux compagnons de prison! L'un de vous donnera du vin à boire à son maître; quant à l'autre, il sera crucifié, et les oiseaux mangeront de sa tête. L'affaire sur laquelle vous me consultez est déjà décidée. »

1. « Nous te voyons au nombre des bienfaisants » : le premier caractère tiré de ce verset et que doit avoir celui qui veut faire la Da’wa, c’est la bonne conduite. Si les gens ne voient pas que tu as de bonnes valeurs, ce n’est pas la peine de continuer, tu perdras ton temps, personne ne te suivra. Alors que si tu ne sais pas parler mais que tu fais preuve de bonne conduite, tu guideras des dizaines.

2. « Nous te voyons au nombre des bienfaisants » : de même, ce verset inclut l’aspect extérieur et intérieur. Prends soin de ton physique. Tu veux influencer les gens, fais attention parce qu’ils remarqueront si tes cheveux sont mal coiffés ou si tu es mal habillé... Alors, les gens qui croient que les habits ne sont pas importants tant qu’ils sont pratiquants, se trompent. Il faudrait acheter les vêtements en ayant une intention de faire la Da’wa, se coiffer les cheveux avec cette intention et se parfumer en ayant cette intention. L’apparence est très importante. Tu trouves un jeune qui n’a pas de barbe mais la laisse tout de même pousser par négligence. Choisis l’un des deux plans : ou que tu sois barbu ou pas du tout. Fais en sorte que ton apparence soit convenable même si tu dois débourser de l’argent sachant que tu représentes un modèle pour les autres. Je tiens à préciser une chose : habille-toi comme les gens de ton pays et ne sors pas du commun.

Un homme vint voir le Prophète (BP sur lui) habillé en prêtre (vêtements différents…). Le Prophète lui dit : “pourquoi es-tu habillé comme ça ?” Il répondit : “c’est un habit d’ascèse que j’aime.” Le Prophète lui demanda alors : “Es-tu prêtre ?” Il répondit non. Alors il lui dit : “Habille-toi comme les gens de ton pays”, parce que le Messager d’Allah (BP sur lui) a porté tous les vêtements de son époque : les habits des romains, la pèlerine abyssine, les cuirasses etc. afin que personne ne se dise qu’il contredit la Sunna. Le musulman n’a pas de tenue spéciale pourvu qu’elle ne soit pas transparente et soit suffisamment ample pour ne pas mouler ou révéler la ‘awra[ii]. Cela signifie que si tu veux influencer les gens, alors habille-toi comme eux, ne mets pas de barrières entre vous.

3. « …que je ne vous aie avisés de son interprétation [de votre nourriture] avant qu'elle ne vous arrive » : Le Prophète Joseph a le don d’interprétation des rêves. Exploite le don que Allah t’a donné dans ta Da’wa des gens. Si tu maîtrises l’informatique, tire avantage de cette connaissance et apprends-la aux gens et à travers le contact, tu pourras leur communiquer la Da’wa. Chacun de nous ici possède un don. Ton intelligence c’est de savoir comment employer ce don pour attirer les gens vers Allah : la cuisine, le dessin, l’artisanat, la poésie, l’amour des gens...Oui, il se peut que quelqu’un soit apprécié par les gens...une fille très appréciée, gentille, douce qui peut enthousiasmer d’autres filles.

« Apprends-nous l'interprétation (de nos rêves) ». Lorsque les gens voient une personne qui a un don dont ils ont besoin, ils seront influencés par cette personne et c’est à toi de faire connaître ton don....faire en sorte que les gens aient besoin de ce don et dès qu’ils te sollicitent, tu les aideras tout en faisant la Da’wa.

4.  La confiance en soi en évitant d’être orgueilleux. Si tu veux influencer les gens, ne sois pas timide en leur parlant, ne sois pas une source de moquerie pour eux, ne ressens pas de faiblesse, aie confiance en ta Da’wa conformément au verset : « La nourriture qui vous est attribuée ne vous parviendra point, dit-il, que je ne vous aie avisés de son interprétation [de votre nourriture] avant qu'elle ne vous arrive. » 

Je vous parle de cela car je remarque des gens qui parlent de la religion avec timidité...Voilà qu’elle parle à sa copine du port du ‘hijab’, toute tremblante, le visage pâle et elle sent que sa copine va se moquer. Aie confiance en toi. A Ali ibn hatim atta'ii qui refusa l'invitation du Prophète à embrasser l'Islam ce dernier dit : " Je sais ce qui t'empêche de nous rejoindre ô Ali." Celui-ci dit: "Qu'es-ce qui m'en empêche?" Le Prophète répliqua: "Tu te dis que nous sommes faibles et que nous sommes pauvres. Par Allah cette religion atteindra ce que la nuit et le jour atteignent et l’argent sera dépensé au point de ne pas trouver à qui le donner et la femme entreprendra un voyage depuis Al-Hyra. As-tu entendu parler d’Al-Hyra ? Ali, dit notre Prophète. Oui, répondit Ali. L’as tu visité ? S’enquit le Prophète. Non, répondit Ali. Ali, la femme entreprendra un voyage depuis Al-Hyra avec l’intention de venir visiter la Ka’ba. Elle ne craindra qu’Allah, prédit le Prophète.” Ali dit : “Lorsque je l’ai entendu parler ainsi, je l’ai cru.” Plus tard, Ali dira : “Lorsque le Prophète mourut, deux de ces trois prévisions se sont réalisées concernant la religion et le voyage de la femme et j’attends la troisième, celle qui concerne l’argent”. Quelle confiance !!   

5. Parle avec amour et amabilité, aime les gens, ils te croiront parce que, grâce à Allah, le cœur constitue l’accès de l'esprit. Regardez le Prophète Joseph qui voulait gagner le cœur d’un serveur de vin : « Ô mes deux compagnons de prison! ». Personne ne t’accepte si tu n’aimes pas les gens et si tu ne gagnes pas leurs cœurs. La moitié de la réussite dans la Da’wa revient à l’amour que tu as pour les gens. Vous connaissez l’histoire de l’orphelin croyant, citée dans la Sourate ‘Yâ-Sîn’- ce qui peut être traduit comme : « Alors il [lui] fut dit : "Entre au Paradis". Il dit : "Ah si seulement mon peuple savait ! » (TSC, ‘Yâ-Sîn’: 26.) Parmi les choses qui accroissent l’amour des gens pour toi, ce sont les cadeaux. Le Prophète a dit : "Echangez-vous des cadeaux et vous vous aimerez mutuellement”. Il faut avoir tout le temps sur soi des bonbons, du chocolat, des cassettes. Le hadith du Prophète relate que Safwan Ibn Oumayya a dit : “Je haïssais Mohammed à un point inimaginable. Le Jour de ‘Hunain’, il m’offrit des cadeaux et n’arrêta pas de m’en offrir jusqu’à ce je l’aimai, je ne pouvais pas ne pas l’aimer vu sa grande générosité, c’était plus fort que moi”.

Le Prophète (BP sur lui) a dit : “Une voix divine appelle quiconque rend visite à un coreligionnaire : tu es un homme de bien, ta démarche est excellente et une place au Paradis t’est réservée.”

Alors il faut être aimable à l’exemple du Prophète (BP sur lui), qui en passant un jour au milieu du marché, vit de loin un homme qui s’appelait Zaher. Cet homme était si laid que tout le monde l’évitait. Le Prophète vint derrière lui et l’entoura de ses bras. Mais l’homme, rude et peu enclin à une telle affabilité, s’écria : "Lâchez-moi". Le Prophète retira ses mains promptement. L’homme se retourna et vit le Prophète lui souriant. Zaher disait de cet événement : “Rien ne m’avait jamais fait autant plaisir.”. Le Prophète lui prit la main, la leva et dit : "Qui veut acheter cet esclave ?" Zaher dit tristement : "Vous ne trouverez personne pour m’acheter, ô envoyé d’Allah. Vous me trouverez sans valeur". Pourtant, le Prophète (BP sur lui) lui répondit : "Mais tu es d’une grande valeur pour Allah !".

Mon frère, il faut montrer de la préoccupation pour les gens parce qu’ils aiment être au centre de l’intérêt.

Un jour le Prophète accompagné d'Abou bakr rendirent visite à une tribu. Abou bakr informa le Prophète qu'un poète nommé Ka’ab appartenait à cette tribu. Alors à chaque fois qu'Abou bakr présentait les gens par leur nom le Prophète les saluait. Quand Ka’ab se présenta devant le prophète et qu'Abou bakr le nomma le Prophète dit: "Est-ce le poète ?" Alors Ka’ab racontait: "Je me mis à l'aimer depuis que je l'entendis dire de moi 'le poète' ".

Mes frères les gens sont si simples, si bons; montrez-leur votre attention pour eux.

Le résultat d’un sondage américain mené sur 5000 communications téléphoniques pour trouver le mot qui était le plus prononcé fut le mot "moi". Les gens veulent sentir leur valeur, "le moi" est important pour eux. Si tu te concentres sur le "moi" des gens en évitant d’être orgueilleux, ils t’aimeront. Alors, sois attentionné envers les gens, souris toujours. Ce sont des moyens pour que les autres t’aiment et qui sont principalement tirés du verset «Ô mes deux compagnons de prison! ».

Souris, car le Prophète (BP sur lui) a dit : “Le fait de sourire à ton frère est une aumône”. Souris en ayant l’intention que Allah guide les gens à travers ton sourire. Sais-tu le faire ? Sais-tu serrer la main de quelqu’un en ayant cette intention, mettre la main sur la main de ce quelqu’un, c’est mettre ton cœur sur le sien. Parfois, il m’arrive de serrer la main d’une personne et de sentir la foi sauter dans mon cœur. Souriez aux gens.

6.  Préoccupe-toi des problèmes des gens et essaye de les aider à les régler. Lorsque les valets ont interrogé le Prophète Joseph à propos de leurs rêves, il pouvait leur dire ‘laissons les rêves de côté et parlons de la religion, vous êtes des mécréants et je vais vous montrer la bonne voie, et toi qui sers du vin, tu entreras en Enfer’ ; au contraire, il a réglé leurs problèmes : « La nourriture qui vous est attribuée ne vous parviendra point, dit-il, que je ne vous aie avisés de son interprétation [de votre nourriture].» Si tu veux maîtriser l’art de la Da’wa, ne commence pas par parler à ton interlocuteur de la religion, mais écoute son problème d’abord et essaye de le régler, il écoutera tout ce que tu lui diras par la suite.

7.  Ne sois pas insistant... Prenons l’exemple d'une femme pratiquante et de son mari qui ne fait pas la prière… Elle n’arrête pas de lui parler de religion... Elle insiste et insiste et insiste... Il se mettra alors à détester la religion. Les compagnons du Prophète (BP sur lui) ont dit qu’il leur faisait le rappel graduellement... Le verset 37 ne parle pas de la religion mais de la vie d’Ici-bas. Les versets du 38 au 40 portent sur la religion puis le verset 41 parle de la vie d’Ici-bas.

Alors, quelle est donc la solution ? Il faut diversifier, ne pas parler seulement de la religion... il ne faut pas être importun, il faut diversifier.

8. Adopte un style attractif, cherche l’aspect attirant qui captive l’attention de ton interlocuteur et la maintient concentrée sur toi. Le Prophète Joseph, au début, a éveillé la curiosité des deux valets, et à la fin il leur a réglé leur problème. Donc je parle de ce que je veux, puisque vous avez besoin de moi. Si une fille vient te parler de la mode, est-ce que tu lui diras que la mode sera la cause de son entrée en Enfer ? Non, bien sûr... Alors qu’est-ce qu’il faut dire ? Tu pourras lui parler de la mode, des robes, des modèles et des magasins, le tout naturellement du monde, ensuite tu feras comme le Prophète Joseph, c’est-à-dire parler de la religion et à la fin, comme il a conclu, tu parleras par exemple des magasins qui vendent des vêtements à la mode, respectables et conformes aux instructions de Allah.

Alors commence par des sujets d’actualité... puis un peu de religion et enfin conclus avec un sujet d’actualité et que ton style soit attractif... cherche ce qui attire les gens, une fête ? Organise-la ! Vous pourriez manger, boire et parler de religion et de croyance... prépare une rencontre... organise un match de football... l’essentiel c’est de savoir attirer...

9.  Interpelle la raison et ne laisse pas les sentiments prendre le dessus, en te basant sur le verset « Qui est le meilleur: des Seigneurs éparpillés ou Allah, l'Unique, le Dominateur suprême ? ». Il y a des femmes qui sont sentimentales et des jeunes aussi. Donc il faut leur parler gentiment et affectueusement, mais aussi mettre un accent particulier sur la raison : « Qui est le meilleur: des Seigneurs éparpillés ou Allah, l'Unique, le Dominateur suprême ? » ; tu peux dire à ton interlocuteur par exemple, combien de jours vivras-tu ? Où iras-tu ? Pourquoi as-tu été créé ? Qu’est ce qui t’arrivera après la mort ?... Est-ce que tu a été créé pour manger et boire seulement ? Quels sont tes objectifs dans la vie ? Est-il raisonnable de vivre sans objectifs ? Alors diversifie en mélangeant raison et sentiments.

10. Rappelle au gens les faveurs d’Allah...tiré du verset 38 : « Ceci est une grâce d'Allah sur nous et sur tout le monde; mais la plupart des gens ne sont pas reconnaissants. Dès que tu commences à rappeler Allah aux gens, leurs cœurs s’adoucissent : vois-tu comment Allah le Miséricordieux est généreux envers toi ?

11. La politesse et la courtoisie... Si tu veux influencer les gens, évite de les embarrasser. Parle-leur avec des mots doux... Prenons l’exemple du Prophète Joseph, il n’a pas dit : Oh mécréant qui sert du vin !... Il a parlé de sa personne « Certes, j'ai abandonné la religion d'un peuple qui ne croit pas en Allah » ; il ne les a pas insultés... ensuite il a dit  « des Seigneurs éparpillés », il ne veut pas les insulter... fais attention, ne dis jamais à une personne qu’elle ira en Enfer. Dans ce cas-là, ce sera toi le mécréant... tu seras le perdant. Il faut choisir les mots les plus doux... Omar Ibn Al-Khattab a dit : “Choisis tes mots comme on choisit un fruit d’un arbre”.

Le Prophète Joseph n’a pas directement informé celui qui sera tué, mais il a dit « L'un de vous donnera du vin à boire à son maître ; quand à l'autre, il sera crucifié, et les oiseaux mangeront de sa tête». Vois-tu la délicatesse ? Et nous, est-ce que nous pouvons faire cela ? Nous, parfois, nous détestons les gens à cause de la religion. Je me rappelle qu’une fois j’étais avec un ami d’Alexandrie pratiquant et un autre non pratiquant, devant une discothèque à Al-Maamoura et on entendait des cris provenant de l’intérieur et mon copain voulait dire quelque chose pour tenter de remettre le troisième sur la bonne voie et qu’est-ce qu’il lui dit ?: "Tu entends les cris de ces gens... ils me font penser aux gens criant en Enfer !" Il voulait attendrir son cœur mais il l’a fait fuir. Alors choisissez bien vos mots.

12. Ouvre ton cœur aux gens, ne sois pas mystérieux. Laisse les gens te connaître, parce que si celui qui t’écoute ressent que tu es un livre ouvert pour lui, il commencera à entretenir des relations avec toi et sera satisfait ; mais s’il ressent que tu es mystérieux et replié sur toi-même, tu n’obtiendras aucun résultat... Ce conseil est tiré du verset 38 « Et j'ai suivi la religion de mes ancêtres ».

13.  Il faut rappeler aux gens le jour de l’Au-delà, même brièvement, selon le verset : « et qui nie la vie future ». Tu ne pourras pas influencer les gens sans leur évoquer l’Au-delà, le Paradis et le jour de Jugement dernier sans leur faire peur, mais il faut en parler.

14. Il faut que tu possèdes un grand attachement à la religion, selon le verset « Qui est le meilleur: des Seigneurs éparpillés ou Allah, l'Unique, le Dominateur suprême ? ».

J’espère que les quatorze points vous seront utiles et qu’ils auront un impact positif sur votre vie. Reprenons rapidement les 14 conseils:

1.       Une bonne conduite

2.       Une bonne apparence

3.       Exploite ta vocation pour bien guider les gens

4.       Sois sûr de toi-même et attention au manque de confiance en toi

5.       Aime les gens et cherche leur affection

6.       Intéresse-toi à leurs problèmes et aide-les à les résoudre

7.       Evite d'être insistant en religion

8.       Cherche une manière attrayante pour aborder les gens; recherche leur centre d'intérêt et fais ce qu'ils aiment faire

9.       Interpelle la raison en même temps que les sentiments

10.   Mets l'accent sur les grâces accordées par Allah à notre égard

11.   Parle-leur avec circonspection et avec délicatesse en évitant de les froisser

12.   Ouvre-toi aux gens avec sincérité pour les mettre à l'aise

13.   Rappelle-leur la vérité de l'Au-delà et la vanité d'Ici-bas

14.   Aie un grand attachement à la religion

Les dix premiers jours de Dhoul-hijja sont les jours de l’année les plus aimés par Allah. Je sais ce qui tourne dans ta tête : …plus que les dix derniers jours de Ramadan ? Le Prophète (BP sur lui) a dit : “ Il n’y a pas d’œuvres mieux agréées par Allah que celles accomplies en ces dix jours. Les compagnons dirent : même pas le Jihad ? Il répondit : Même pas le Jihad, sauf un homme qui sortirait risquant sa vie et ses biens et qui reviendrait avec rien”. C’est pour cette raison que Allah a fait que le pèlerinage soit dans ces jours-ci c’est pour cela qu’Il délivre les gens de l’Enfer le jour de Arafat... Est-ce que cela veut dire que ce jour est plus important que la nuit du Destin ? Selon le hadith authentique du Prophète (prières et salut sur lui) : “Il n’y a pas de jour où Allah - que Son nom soit exalté - délivre les gens de l’Enfer plus important que le jour d’Arafat”. Alors pourquoi n’est-il pas connu chez nous ? C’est notre faute, faites attention. Personne ne connaît la date exacte de la nuit du Destin mais le jour d’Arafat est connu, donc la question est entre tes mains... Allah dit, ce qui peut être traduit comme : « La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois » (TSC, ‘Al-Qadr’ (La Destinée) :3.) De même lisons-nous le verset qui dit  « Par l’Aube ! Et par les dix nuits » (TSC, ‘Al-Fajr’ (L’Aube) :1&2.) Allah jure par ces jours qui sont les jours de Dhoul-hijja. Alors, qu’est-ce qui est supérieur : les dix derniers jours de Ramadan ou les dix premiers jours de Dhoul-hijja ?

Certains Oulémas ont plutôt opté pour les dix derniers jours de Ramadan en raison de l’avènement de la nuit du Destin ; d’autres ont élu les dix premiers jours de Dhoul-hijja se basant sur le hadith cité plus haut  Et ils sont parvenus à une belle formule : "Les nuits des dix derniers jours de Ramadan sont plus agréées par Allah que celles des dix premiers jours de Dhoul-hijja et les journées des dix premiers jours de Dhoul-hijja sont préférées par Allah à celles des dix derniers jours de Ramadan".

Alors que conclut-on ? Qu’il faut multiplier les bonnes œuvres... Grâce soit rendue à la miséricorde de notre Créateur; Il t’adresse des occasions pour augmenter tes bienfaits... Ramadan, puis les derniers jours de Ramadan, puis la nuit du Destin, ainsi que le jeûne des six jours de Chawwal sans oublier les dix premiers jours de Dhoul-hijja. Le Prophète jeûnait neuf jours, et même le jour de l’Eid il adorait Allah et n’avait jamais arrêté le jeûne de ces jours. Il faisait beaucoup d’aumône, lisait considérablement le Coran, multipliait ses évocations et rendait visite à ses proches exactement comme au mois de Ramadan. "Une absolution de deux années, une année antérieure et une année ultérieure, est accordée à celui qui jeûne le jour d'Arafat". Parmi les belles choses qu’on remarque lorsqu’on marche dans les ruelles de notre pays pendant ces jours-ci, c’est qu’elles sont comme au temps du mois de Ramadan.

Tout le monde jeûne le jour d’Arafat, alors je t’en prie, rassemble les membres de ta famille et rompez le jeûne ensemble. A l’occasion de notre thème, la Da’wa, rappelle ces hadiths à ton entourage et invite les gens à jeûner ensemble et à manger ensemble. Rappelle ceux qui t’entourent, et que tous ceux présents dans cette assemblée fassent de même, de faire le jeûne, de  ne pas oublier les évocations et les invocations. Le Prophète (BP sur lui) a dit : “Les meilleures invocations sont celles proférées le jour d’Arafat”. L’invocation au jour d’Arafat est exaucée, pas seulement pour les pèlerins mais pour tous les musulmans sur terre, la délivrance de l’Enfer n’est pas seulement pour les pèlerins mais pour l’ensemble des musulmans. Allah choisit parmi Ses serviteurs ceux qui sont sincères et les délivre de l’Enfer le jour d’Arafat. Evite surtout de commettre des péchés pendant ces jours-ci et le jour d’Arafat, invoque Allah, jour et nuit... des invocations sincères ; jeûne, prie Allah et fais la Da’wa. Chers amis, nous sommes sur le point d’accueillir les plus beaux jours de notre vie.



[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du noble Coran.

[ii] Toute partie du corps dont la révélation peut constituer une gêne