L’histoire de Youssouf : B2

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, et que les bénédictions et la paix d'Allah soient sur le plus noble des messagers, notre prophète Mohammed. Louange à Allah, nous recourons à Lui et nous Lui demandons de nous guider, nous pardonner, et nous préserver de nos mauvaises actions. Celui à qui Allah montre le bon chemin est guidé et celui qui s'égare n'a ni maître ni conseiller.

La preuve en est que Jacob ne leur a pas interdit d’y aller, il ne leur a pas dit que le musulman ne devait pas jouer. Je tiens à vous préciser que pratiquer le sport, vivre heureux et porter de jolis vêtements ne sont pas une tare. En effet, je souhaite commenter certaines choses mal comprises par les musulmans ; à titre d’exemple : ces jeunes qui raccourcissent leurs pantalons, prétextant que le Prophète (BP sur lui) a interdit de laisser traîner sa cape.

Ô gens, comprenez correctement l’Islam; lorsque le Prophète (BP sur lui) a dit : « celui dont les habits sont en dessous des chevilles ira en Enfer » (ou celui dont les habits sont sous les chevilles sera en Enfer), il faisait allusion à l'orgueil et l’ostentation. En effet, les arabes avaient pour habitude d’allonger leur cape pour se vanter, mais cela n’est pas le cas de nos jours.

Un jour, Abou Bakr s’est plaint au Prophète (BP sur lui), que sa cape tombait, alors il lui dit : « Ô Abou Bakr, tu n’es pas de ceux qui le font par arrogance ».

Ô gens, comprenez donc que vous servez mieux l’Islam en vous habillant correctement, en maîtrisant l’outil informatique ainsi que l’Internet, et en pratiquant le sport. Malheureusement, de nos jours on trouve des jeunes incapables de courir à cause du tabagisme, ou d’autres très frêles parce qu’ils ne sont pas habitués à pratiquer du sport. Sachez bien que le Coran confirme que notre religion exhorte à cela. Allah (exalté soit-Il) dit-ce qui peut être traduit comme : “ Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer. Et nous veillerons sur lui» (TSC[i], Youssouf (JOSEPH) : 12). Il n’est donc pas honteux de faire du sport. Ce verset est destiné aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Qu’est-ce qui empêche les femmes de pratiquer le sport dans les endroits qui leurs sont réservés et d’ y persévérer ?

On conclut de ce qui précède que jouer n’est pas un vice; le vice est lorsque le jeu devient le but de la vie, ou qu’il soit pratiqué illicitement. Je cite l’exemple de ces jeunes qui ne pratiquent le sport que pour promouvoir la beauté de leurs corps, et d’en tirer vanité devant les gens. C’est cela que je désirais affirmer.

La crainte de Jacob :

Revenons à l’histoire de Joseph. Allah (exalté soit-Il) dit-ce qui peut être traduit comme : « Certes, je m’attristerai que vous l’emmeniez; et je crains que le loup ne le dévore dans un moment où vous ne ferez pas attention à lui» (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 13). Mais pourquoi Jacob a-t-il donné son accord en dépit de sa peur et de son inquiétude ? Tout simplement parce qu’il n’était pas certain de leur intention de faire quoique ce soit, et il ne voulait pas mettre ses autres fils dans la gêne susceptible d'accroître davantage l’inimitié entre eux. Voyez-vous le père qui souhaite rapprocher ses enfants. Je vous conseille donc d’aider vos enfants à se rapprocher les uns des autres, car beaucoup de parents se plaignent de l’incompatibilité existant entre leurs enfants. Je cite l’exemple du garçon qui, devenant pratiquant, refuse de sortir avec sa sœur parce qu’elle ne porte pas le voile. Ô gens ! La meilleure conduite est de traiter cela avec douceur. A propos, les filles ont tendance à se montrer obstinées ; alors faites attention de ne pas recourir à l’entêtement. Apprenez de cette histoire et de la conduite de Jacob qui, malgré ses soupçons, a voulu rapprocher ses fils, il espérait que cette promenade les unira davantage.

Allah (exalté soit-Il) dit-ce qui peut être traduit comme : « Si le loup le dévore alors que nous sommes nombreux, nous serons vraiment les perdants». (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 14). Et c‘est ainsi qu’ils rassurèrent leur père.

Se débarrasser de Joseph

Arrêtons-nous à ce verset : Allah (exalté soit-Il) dit -ce qui peut être traduit comme : « Et lorsqu’ils l’eurent emmené, et se furent mis d’accord pour le jeter dans les profondeurs invisibles du puits, Nous lui révélâmes: «Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte» (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 15) :

« Se furent mis d’accord »: Imaginez tous les dix se mettre d’accord pour commettre un tel acte, et nul parmi eux n’en avait le moindre scrupule. Le Coran a utilisé ce mot pour nous montrer leur rancœur et leur abomination au point qu’aucun d’entre eux n’y ait renoncé.

« Et lorsqu’ils l’eurent emmené»: les savants se demandent ce qu’a pu subir Joseph sur le chemin… Ils devaient l'avoir frappé et humilié. Vous imaginez un enfant âgé de douze ans en train d’endurer tout cela ! Imaginez qu’au début, ils l’ont emmené à un endroit très loin pour qu’il ne puisse pas revenir dans le cas où il réussirait à sortir du puits, car il sera sans doute difficile pour un enfant de douze ans de retrouver son chemin. C’est pour cette raison qu’il n’a pas su retourner dans son pays natal, lorsqu’il est devenu Al-Azize d’Egypte. Leur unique souci était qu’il se perde dans le désert ; pour cela, ils ont marché jusqu’à ce qu’ils aient atteint une région peuplée de loups.

Ensuite la phrase « dans les profondeurs invisibles du puits» citée deux fois : imaginez-les en train de le dénuder, et lui les implorant de ne pas le déshabiller, de le couvrir et que s’il devait mourir son habit lui servirait de linceul et s’il survivait il le protégerait. Pensez à cet enfant qui s’accrochait à sa chemise voulant se couvrir. Tandis que les filles d’aujourd’hui n’éprouvent aucune gêne à se découvrir. Imaginez-vous dans cette même situation. Pensez aux frères de Joseph écoutant ses supplications et s’en moquant.

Dans la phrase: « pour le jeter dans les profondeurs invisibles du puits », le mot « jeter » veut dire qu’ils n’ont pas détendu la corde jusqu’à ce qu’il atteigne le fond du puits, mais ils l’ont jeté du haut parce qu’ils voulaient se débarrasser de lui à tout prix.

Maintenant imaginez-le dans les profondeurs invisibles du puits, ne voyant rien, mais entendant les bruits des scorpions et des serpents. Imaginez la douleur et la frayeur qu’il ressentait, tout nu, jeté dans l’eau qui couvrait le fond, tout cela alors qu’il ne dépassait pas les douze ans (si cela arrivait à quelqu’un de cette époque, il ferait sans l’ombre d’un doute une dépression nerveuse et en mourrait). Imaginez-le en train de les appeler, les implorer pour avoir de la nourriture, et eux en train de rire… ensuite leurs voix s’atténuant peu à peu jusqu’à ce qu’il fût laissé tout seul, à cet âge…trois jours durant!

Il nous est parvenu à travers les récits qu’il les avait appelés en disant : « Ô frères, regardez moi, si vous vous assemblez, rappelez-vous mon isolement, et si vous mangez, rappelez-vous ma faim, et si vous buvez rappelez-vous ma soif, et si un étranger vous parvient, rappelez-vous mon expatriation"

C’était une tentative de sa part pour attendrir leur cœur et les rappeler, mais en vain. Vous voyez à quel point les cœurs peuvent être durs, cela existe même de nos jours ; je cite entre autres exemples, le dénouement des liaisons parentales, les différends entre les frères à cause de l’héritage... Nous sommes musulmans, cela ne fait pas partie de nos vertus. J’espère que tous ceux qui lisent cette conférence vont oublier tout différend, et qu’ils vont renouer avec leurs parents pour qu’Allah renoue avec eux.

La miséricorde d’Allah :

Cela apparaît dans la dernière phrase du verset. Allah (exalté soit-Il) dit-ce qui peut être traduit comme : « Nous lui révélâmes: «Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte» (TSC, Youssouf (JOSEPH) : 15). 

Ce verset nous confirme que c’est Allah qui possède cet univers et tout ce qui s’y trouve. C’est Lui qui dirige tout. Qui parmi nous, aurait cru que cet enfant jeté dans le puits, va commander l’Egypte après quarante ans et en devenir Al-Azize ? Alors, vous les opprimés, vous qui endurez des calamités, n’ayez pas peur, Allah voit tout, et celui qui se fie à Lui, Il le fera triompher.

« Nous lui révélâmes »: Il était dit dans la tradition musulmane qu’Allah révéla à Gabriel de faire part à Joseph d’invoquer Allah et de délaisser ses frères. Joseph s’est mis alors à invoquer Allah : (Ô Allah, affable de tout esseulé, Ô Ami de tout étranger, Ô Refuge de tout effrayé, Ô Fin de toute plainte, Ô Celui qui entend toutes confidences, Ô Celui qui dissipe toute détresse) Joseph avait raison, car sans l’appui d’Allah, nous ne sommes que des malheureux. Nous n’avons personne à part Lui. Donc, vous qui vivez des malheurs et des difficultés, faites preuve de constance, Allah vous honorera, comme il a honoré Joseph.



[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du noble Coran.