L’histoire de Youssouf : A4

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Louange à Allah dont nous implorons secours, guidage, et pardon. Nous invoquons Allah envers les maux de nos âmes et les méfaits de nos actes.  Celui qu'Allah guide c'est lui le bien guidé, et quiconque Il égare, tu ne trouveras alors pour lui aucun allié pour le mettre sur la bonne voie.

Je suis très content de vous, les jeunes qui assistez à ces cours. Je prie Allah (exalté et glorifié soit-Il) de préserver nos jeunes de la tentation et des péchés, de même pour nos filles et nos sœurs. Nous nous sommes arrêtés au verset 23. Je vous avoue que je suis très content que les jeunes m’aient demandé de continuer à partir de là où je me suis arrêté la dernière fois, c’est-à-dire autour de la tentation, du désir, de la résistance et de la cause des événements de l'histoire que nous avons contée. C’est pour cette raison que je ne m’attarderai pas beaucoup sur le verset 23 : je vais le passer en revue rapidement.

Je suis également très content que les jeunes chez eux retiennent les versets en même temps que nous. Connaître l’histoire du prophète Joseph, l’assimiler et l’apprendre du Coran vous permettra de sentir le plaisir de veiller la nuit en priant. Vous pouvez apprendre aisément, parce que nous passerons à la loupe toute la sourate, petit à petit. Ainsi, vous serez capables d’en venir à bout si Allah le veuille. Même les jeunes qui n’ont pas commencé à apprendre peuvent le faire aisément parce que nous ne sommes pas allés au-delà du verset 23.

Revenons maintenant à ce verset, là où nous nous sommes arrêtés : ce qui peut être traduit comme « Or celle [Zulikha] qui l’avait reçu dans sa maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit: «Viens, (je suis prête pour toi!)» - Il dit: «Qu’Allah me protège! C’est mon maître qui m’a accordé un bon asile. Vraiment les injustes ne réussissent pas». (TSC,[i]'Youssouf' (JOSEPH) : 23)

La tentation des hommes par les femmes (et vice versa) est l’un des méfaits engendrant la désobéissance à Allah (exalté et glorifié soit-Il) et par conséquent la déchéance en Enfer. C’est pour cela que ces deux versets revêtent une extrême importance, puisque c’est là effectivement la cause de l’abandon de soi aux péchés capitaux et du désengagement des filles et leur rejet du voile, attirant la colère d’Allah, etc.

Notre prophète le savait parfaitement, voyez-vous et en a parlé il y a 1400 ans. Ne croyez donc pas que notre prophète est loin de vos soucis : au contraire, c’est un parfait connaisseur de vos problèmes… Et ne croyez pas non plus qu’il s’adressait à une génération déterminée ; son discours s’est adressé et s'adressera aux gens de toutes les époques, et ce, jusqu’au jour de la Rétribution. Le Prophète (BP sur lui) a dit : « je n’ai laissé derrière moi aucune tentation plus préjudiciable aux hommes que les femmes». Malheureusement, cette crise ne concerne pas les jeunes hommes et les jeunes filles seulement, mais s’étend aussi aux mariés. Combien de catastrophes surviennent dans les établissements internationaux mixtes à cause de la facilité du contact et de la promiscuité  des hommes et des femmes.

Il faudrait  bien ressentir et surtout saisir les sens contenus dans l’histoire du prophète Joseph pour parvenir à lutter contre ces tentations. Mais aussi, endurer de façon redoublée l'abstention aux péchés, et encore plus d’invocations et plus de rapprochement d'Allah.

Prions Allah pour qu’Il préserve nos jeunes, nos hommes et nos foyers …

Les statistiques montrent une recrudescence du divorce dans les sociétés musulmanes, qu’elles soient tolérantes ou renfermées. Nous avons besoin du soutien d’Allah à ce propos pour aider nos filles et guider nos jeunes. Revenons au verset 23.

Citons les causes de la séduction dans ce verset et dans l’histoire. C’est comme si Allah nous demande qui d’entre nous pourrait affronter toutes ces séductions auxquelles Joseph a dû faire face et qui puisse y résister ?

Lui : (le prophète Joseph)

1-                              Jeune;

2-                              Célibataire;

3-                              A la trentaine  épanouie et pas encore marié;

4-                              Esclave, c’est-à-dire qu’on tolère de sa part ce qu’on prohibe aux maîtres. Aussi, le châtiment qui pourrait lui être réservé est équivalent à la moitié de celui qu’on réserve au maître;

5-                              Etranger dans la cité et les siens ne le voient pas… Il y a des gens qui vont à l’Etranger pour commettre un péché, puis revenir chez eux;

6-                              Très charmant;

7-                             Très fort : ce qui peut être traduit comme : « Et quand il eut atteint sa maturité » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 22)

Il n’y a pas un seul jeune homme qui rassemble toutes ces qualités…

Elle (la femme d'Al Azize) :

1-                              Belle ; nous l’avons déduit par conjecture parce qu’il est impensable qu'Al Azize soit marié avec une femme qui ne soit pas belle;

2-                              Elle est notable. Il y a des gens dont les cœurs battent pour une femme rien que parce qu’elle conduit une voiture luxueuse. Que la femme soit belle ou moche ne compte pas;

3-                              Elle le harcelait depuis longtemps. Ce jeu de séduction n’a pas duré une demi-heure mais environ 7 à 10 ans, depuis que Joseph a atteint l'âge adulte jusqu’au jour où elle lui dit ce qui peut être traduit comme: "je suis prête pour toi"(TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 23). Il était élevé dans la demeure d'Al Azize durant 20 ans. Nous l’avons su de l’expression « essaya de le séduire » qui veut dire qu’elle se rapprochait de lui petit à petit pour l’attirer progressivement. Elle est donc une femme douce et savait comment s'y prendre avec les hommes;

4-                              Ils sont chez elle, ce qui veut dire que commettre le péché devient facile. Certains jeunes ne commettent pas ce péché parce qu’ils ne trouvent pas où le faire. Tandis que dans ce cas, le péché est très facile à commettre parce qu'il se trouvait chez elle.

J’en glisse un mot aux jeunes qui prétendent être désarmés devant les tentations qui les  entourent à cause des chaînes satellites et de l’Internet qui sont à leur portée…

Vous pouvez résister et vous rendrez des comptes à Allah parce que vous le pouvez (résister). Aussi, vous êtes le perdant parce qu’en regardant ces chaînes d’égarés et en ouvrant des sites prohibés, vous allez croire que les sociétés sont toutes de la sorte, et que les femmes sont toutes comme telles, pour en arriver enfin à croire que l’élément qui gouverne la vie est le désir.

Regarder abondamment des choses pareilles aboutit à la métamorphose interne de l’être humain. Imaginez la quantité de péchés que l’œil accumule de jour en jour.

Je m’adresse à ceux qui ne trouvent pas les moyens de regarder des choses pareilles, louez Allah pour ça… Ceci est une calamité qui provoque la colère de Allah, car vous regardez et vous désirez. Je vous en conjure, résistez ! La sourate de Joseph peut renforcer votre résistance….

Le prophète Joseph est à l’abri du scandale parce qu’il y a des verrous et des serrures. Si vous étiez à sa place, que feriez-vous ? Je connais également des jeunes de votre âge qui ont été confrontés à de pareilles tentations et ils ont résisté.

1-                              Un jeune d’environ 21 ans, étudiant dans un institut de langues pour améliorer son niveau de langue allemande. Il était d’une famille riche, un jour il s’est trouvé dans une situation similaire avec une fille étudiant avec lui dans la même classe. Il lui a dit : « Qu’Allah me protège du diable, hors de ma vue ! Qu’Allah me garde du diable ». Elle a eu peur et elle est partie en courant, n’ayant pas imaginé qu'un jeune pourrait lui répondre de la sorte…

2-                              Un simple menuisier qui avait du travail à effectuer dans une maison. La maîtresse de la maison était du genre de la femme d'Al Azize. Il était charmant et fort, alors elle lui a fait des avances. Quand il a refusé, elle l’a menacé de le tuer, un couteau à la main. Il a alors fermé les yeux et a dit « J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Mohamed est Son Messager ». Elle l’a alors chassé de chez elle.

Il paraît que lorsque la femme se trouve dans des situations pareilles, elle perd son contrôle à l’instar de la femme d'Al Azize quand elle a déchiré l’habit de Joseph. Il y a donc des gens tout comme nous, qui ont été tentés, pareil au prophète Joseph, et ont eu la récompense de ce dernier… Voulez-vous vous rassembler un jour au Paradis avec Joseph et avec ceux qui ont eu des tentations pareilles et qui n’ont pas succombé ? Le voulez-vous ? Comment est-ce qu’une fille trouve l'audace d'appeler un homme au téléphone pour le séduire ?! Allez-vous dire qu’Allah me garde comme le prophète Joseph ?… Allez-vous le dire si une fille libertine vous fait des avances ? Et que dire de la fille qui accepte un mariage ‘Orfi’[1] sans la bénédiction des parents ? Et de celle qui s’affiche dans la rue avec un homme en le laissant la tenir par la main ou par les épaules, etc. Est-ce qu’elles réalisent à quel point elles se sont abaissées ?

Est-ce là la petite-fille d’Omar et d’Abou Bakr ? Est-ce là celle dont la mère est Khadîdja ou ‘A’ïcha ?

En analysant les causes des actes prémédités de la femme d'Al Azize, nous avons conclu que c’est à cause :

1-                              De l'oisiveté : elle ne trouvait rien à faire;

2-                              De la promiscuité et du fait qu’il soit constamment à sa portée. C’est tout le temps que la possibilité du péché se présentait.

En parlant de la promiscuité, j’aimerais évoquer un point important : je préviens les mariés qui sont trop en contact avec leurs collègues femmes, et qui se mettent en colère contre leur épouse quand celle-ci demande après l’identité de la personne qui appelle son mari et lui parle une demi-heure durant. Le mari se met en colère parce que sa femme est jalouse et il est en plus étonné parce qu’il ne parle qu’avec une collègue de travail, et rien de plus ! Le pire est qu’il s’attarde avec une collègue de travail durant des heures…

Je crains que vous ne compreniez de mes paroles qu’il est interdit d’établir une relation entre les hommes et les femmes. Mettons les choses au clair. Peut-il y avoir des relations entre les hommes et les femmes ? Naturellement que oui, voire même que ça s’est passé avec les compagnons du Prophète et avec les prophètes … Mais cette relation est une relation de nécessité.

En voici des exemples illustratifs :

1/ Avoir des collègues au travail : dans ce cas, il est possible de parler à propos du travail. Mais tout ce qui en déborde est prohibé;

2/ Avoir des collègues à l’université : par exemple s’il y a un projet que les étudiants font en groupe et que le règlement interne de la faculté le commande…

3/ Ma cousine nous rend visite chez nous, est-ce que je lui parle ? Bien sûr que oui ; sinon ça sera une rupture des liens de parenté et un manque de respect… Mais il faudra que la discussion se limite à certains sujets et qu'elle soit menée d'une certaine manière.

Donc, les relations sont possibles, mais il faudra qu’il y ait un cadre précis et qu’il y ait besoin et nécessité. Hormis cela, c'est prohibé. Il est inadmissible qu'une jeune fille dise : « Tel collègue est comme un frère pour moi, entre nous il y a de l’amitié, etc. » Allah dit dans son livre ce qui peut être traduit comme: « On a enjolivé aux gens l’amour des choses qu’ils désirent: femmes…» (TSC, 'Âl-'Imrân' (LA FAMILLE D'IMRAN) : 14). Son cœur va sûrement battre et si son cœur ne battra pas, le vôtre le fera…

La plupart des jeunes garçons et filles déclarent que les relations d’amour entre eux ont commencé par un sentiment de fraternité. Un jour, cette relation a évolué. Allah est plus connaisseur de nous-mêmes, Il dit ce qui peut être traduit comme: « ni ayant des amants clandestins» (TSC, 'An-Nisâ' ' (LES FEMMES) : 25); il est donc prohibé que vous ayez un ami intime. Ces propos sont valides pour la fonctionnaire avant l’étudiante.

Donc, il peut y avoir des relations entre les hommes et les femmes mais dans le cadre de l’obligation… Le Prophète parlait avec des femmes et les Compagnons faisaient de même. Une femme soignait les hommes parmi les Compagnons … et le Prophète avait préparé une tente à Sayida Rafida pour soigner les Compagnons. Sâad Ibn Mou’adh fut blessé à la bataille du Khandaq et le Prophète (BP sur lui) a ordonné de préparer une tente à Rafida dans sa mosquée pour le soigner.

Un exemple de l’histoire du prophète Moïse :

Je cite un exemple de l’histoire du prophète Moïse lors de sa sortie de l’Egypte vers Madyan. Etant prophète, Moïse alla de lui-même vers les filles dans l'histoire que l'on connaît. Les bergers étaient en train d'abreuver leurs troupeaux et les filles attendaient. Son geste était notamment un acte de noblesse.

‘Il dit ce qui peut être traduit comme: « Que voulez-vous? » (TSC, 'Al-Qassas' (LE RECIT) : 23)

Elles dirent ce qui peut être traduit comme: «Nous n’abreuverons que quand les bergers seront partis; et notre père est fort âgé» (TSC, 'Al-Qassas' (LE RECIT) : 23)

Comme nous le constatons, il n’a prononcé que ces quelques mots-là et il n’a pas voulu mieux connaître les filles ou quoique ce soit d’autre… Il leur a proposé ses services par noblesse ; aussitôt le service fait, il n’y avait plus nécessité de côtoiement : il est donc parti. ce qui peut être traduit comme « Il abreuva [les bêtes] pour elles puis retourna à l’ombre» (TSC, 'Al-Qassas' (LE RECIT) : 24).

Concernant le travail, vous allez parler avec les femmes mais faites attention aux dépassements ! La femme est sensible… Les foyers sont généralement heureux sauf qu’avec la promiscuité et la discussion continue et la sympathie, le cœur commence à chavirer et les foyers seront ainsi détruits. Nous ne vous interdisons pas de saluer vos collègues au travail, mais faisons en sorte que la discussion soit proche de la religion, limitons les paroles inutiles et préservons nos comportements et attitudes.

Il y a aussi un autre sujet qui concerne les visites des proches du mari à la femme en l’absence de son époux. Le Prophète (BP sur lui) les a fortement déconseillées. Quand on l'avait interrogé à ce sujet, il a dit : « Les proches sont la mort ». Il désignait les proches du mari, la métaphore ayant trait à la mort signifiait ‘destruction des foyers'. Cela ne signifie nullement accuser les gens à tort, mais nous devons suivre les ordres du Prophète (BP sur lui) qui nous a évité la gêne en évoquant lui-même le sujet. Comme il a déconseillé la visite des proches du mari à l'épouse, l’inverse est aussi vrai. J’espère que vous accordez l’importance nécessaire à ce point parce que le rapprochement exagéré entraîne des problèmes.

A propos du problème des relations entres jeunes filles et jeunes garçons : parfois la fille commence à devenir pieuse et elle porte un voile tout en ayant un ami. Je m’excuse d’en parler, mais cela devient une réalité vécue dans notre société. Il n’y a que deux choix, soit le jeune homme est apte à se marier et dans ce cas la qu’il demande la jeune fille en mariage. Ou qu’ils rompent cette relation s’il n’en est pas capable. Parfois les jeunes commencent leurs relation à un âge très bas, et elle  dure des années en attendant le mariage et ils prétendent ne pas pouvoir mettre fin à leur relation sous prétexte de leur grand attachement l’un à l’autre… Cependant, vous devez résister parce que le prophète Joseph a repoussé le pire.

En tous cas, les statistiques ont prouvé que 5% seulement des relations précédent le mariage finissent par une union, le reste n’aboutit pas au mariage. Dans ces cas, le cœur de la femme se brise et elle devient malade. Allah (le Très Haut) craint pour vous et votre cœur et veut vous protéger. C’est pour cela qu’Il a dit ce qui peut être traduit comme: « ni ayant des amants clandestins» (TSC, 'An-Nisâ' ' (LES FEMMES) : 25). Prenons comme exemple le fait que vous ayez une relation avec une personne durant trois ans. Votre relation est magnifique parce qu'elle est sans responsabilités. Ensuite, il n’y a pas eu mariage, et vous vous êtes marié(e) avec une autre personne durant un an et demi. Si vous faites la comparaison, au profit de qui sera-t-elle ? Évidement, le premier aura l’avantage.

Une autre statistique révèle que 75% des cas de divorce prennent source des relations avant le mariage. Ceci ne veut pas dire que la relation continue mais que la comparaison reste établie dans l’esprit profond. Toujours, le jugement est au profit de la relation d’avant le mariage parce qu’elle était sans responsabilités et qu’elle était durant la période de la jeunesse… Je vous en conjure, n'ayez pas de relations avant le mariage.

Avoir des relations extraconjugales entraîne de graves conséquences. La femme adultère encoure le châtiment d’Allah dix fois plus que la jeune fille, l'homme ou le garçon qui ne sont pas encore mariés et qui commettent ce péché.

Revenons au verset : ce qui peut être traduit comme : « Qu’Allah me protège! C’est mon maître qui m’a accordé un bon asile» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 23). Mais à qui s’adresse-t-il ? À  Al Azize ou à Allah (glorifié et exalté soit-Il) ? Les deux explications sont plausibles quoique les exégètes penchent pour la première probabilité, à savoir que c'est d'Al Azize qu'il s’agit. Mais pourquoi ce verset n’est-il pas assez clair ? C’est pour que l’histoire soit d’emblée plus magnifique et pour nous inciter à la méditer davantage.

Dans les nouvelles, plus l’auteur maîtrise le récit et la narration, plus il pousse le lecteur à méditer sur les événements racontés … Qu’Allah soit glorifié ; Il a fait de sorte que tous les avis portant sur la signification soient probables. Cependant, pourquoi le prophète Joseph a-t-il insinué qu’il s’agissait d'Al Azize et ne s’est pas contenté de dire « Qu’Allah me protège!» ? C’est parce qu’il y a des gens qui ne s'émeuvent pas à l’évocation d’Allah - qu’Allah nous en garde. Il lui a donc rappelé Allah puis son mari : la religion et la réalité.

Nous retenons dès lors que lorsque nous parlons aux autres, nous devons leur rappeler l’au-delà et l’ici-bas ensemble et non pas l’au-delà uniquement. Prenons l’exemple des relations illicites entre hommes et femmes, nous avons dit que cela est inconcevable parce que leur auteur encourt le châtiment d'Allah et expose sa vie à la ruine. Ne parlez donc jamais à une personne d'une seule optique : l’au-delà seulement ou l’ici bas; joignez les deux à la fois.

En disant ce qui peut être traduit comme: « C’est mon maître qui m’a accordé un bon asile. », il voulait lui dire que si vous pensez à tromper votre mari, moi, je ne veux pas tromper celui qui a été généreux envers moi. Le prophète Joseph se montre reconnaissant envers Al Azize, qui, en trouvant Joseph enfant, a dit à sa femme ce qui peut être traduit comme: « Accorde lui une généreuse hospitalité » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 21). Le prophète Joseph n’a pas oublié cela et s'en est rappelé en usant des mêmes termes.

Voici que la réalité vacille de tous côtés autour de lui et que lui, il reste bien décidé, ferme et attaché à ses principes. Ne vous laissez donc pas emporter par les péchés. Même si tous vos amis ont des copines, ne les imitez pas … et que vous, vous portez un voile et que vos amies ne le font pas, restez ferme parce que vous  êtes dans le bon chemin. Si les cérémonies de mariage se font de façons contraires aux indications de l’Islam, ne dites pas « Tout le monde fait comme ça » ! Restez ferme sur votre décision tant que vous avez raison, parce que pour les questions fondamentales, on doit se montrer intraitable, tandis que nous pouvons discuter ce qui s’avère être des questions secondaires. Tout au long de l’histoire, tous les personnages changent  sauf le personnage de Joseph qui reste sur ses positions :

-                                  Au puits : il est ferme et invoque Allah;

-                                  A la maison d'Al Azize : il est attaché à Allah;

-                                  En prison : il invoque Allah;

-                                  En étant en poste de pouvoir comme Al Azize de l’Egypte, il se montre généreux envers les autres. Sa personnalité est toujours la même.

Son extrême dévouement l’a poussé à se rappeler, étant à l’âge de la trentaine, la personne qui l’accueillit quand il avait douze ans.

Vous souvenez-vous de vos enseignants ? Etes-vous reconnaissants envers vos parents, les personnes qui ont du mérite dans votre vie ? Avez-vous rendu visite à vos maîtres et professeurs pour leur montrer votre reconnaissance ? Si vous faites ceci, vous allez goûter au vrai sens du dévouement. Et tu comprendras peut être qu'il s'agit de Allah dans le verset ce qui peut être traduit comme: « C’est mon maître qui m’a accordé un bon asile» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 23).

Passons maintenant au verset suivant: ce qui peut être traduit comme : « Et, elle le désira. Et il l’aurait désirée n’eût été ce qu’il vit comme preuve évidente de son Seigneur. » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 24) L’expression ‘hammâ (s'apprêter à faire en arabe), veut dire soit la volonté de faire, soit la pensée de faire. Concernant l'interprétation de « hammâ», les avis sont divergents. L’une des explications serait qu’il aurait réellement commencé à fléchir. Qu’Allah nous garde ! Les messagers sont infaillibles. Le contexte même ne nous permet pas une explication pareille parce qu’il a dit ce qui peut être traduit comme:« Qu’Allah me protège!» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 23). En plus, Allah le Très Haut dit : ce qui peut être traduit comme : « …mais il s'en défendit fermement » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 32). D’où la volonté de faire est exclue par le texte coranique. Une autre explication indique qu’il avait l’intention de la frapper. Mais rien ne le prouve. L’explication la plus adéquate serait celle que nous avons citée plus haut : la pensée de faire. Pour expliquer ce sens, en voici un exemple : supposons que vous êtes à jeûne en une journée du ramadan et qu’une bonne odeur d’une délicieuse nourriture comme une grillade de viande vous parvient aux narines ou que vous voyez une eau fraîche... La pensée qui vous vient à l’esprit serait de boire et de manger. Mais est-il possible de le faire ! Et comment ?! Ce n’est qu’une pensée. Donc, « il l’aurait désirée » veut dire que l’idée a instantanément effleuré son esprit. Mais, même ceci est improbable ; la preuve en est « il l’aurait désirée n’eût été ». L’expression ‘n’eût été’ en langue signifie l’abstinence de faire grâce à un empêchement ; comme si le verset veut dire qu’il avait une pensée sauf qu’un obstacle l’en empêcha.

Prenons un exemple illustratif : « je serais tombé si Amr ne m’aurait pas retenu par la main ». Donc, vous n’êtes pas tombé. Mais pourquoi Allah n’a-t-Il pas dit : "Et, elle le désira. Mais lui ne la désira pas " ? Parce que si Allah aurait dit ça, quelques uns penseront que Joseph n’a pas pu commettre ce péché parce qu’il n’était pas viril, ou qu’il avait une infirmité qui l'empêchait d'approcher les femmes en général. Allah voulait nous dire que Joseph était bien viril mais que quelque chose faisait obstacle contre la réalisation du fait. Le sens serait qu’il aurait eu une pensée fugitive de faire, mais qu’il n’est pas passé à l’acte. Il n’a donc pas réalisé le fait ni concrètement, ni même mentalement. Aussi, le terme « s'en défendit fermement » prouve que le fait n’a pas eu lieu.

A la fin du verset, Allah le Très Haut dit : ce qui peut être traduit comme : « Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus. » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 24). Est-il possible que le prophète Joseph ait commis un tel délit et qu’Allah lui réserve autant d’éloges !...

Passons maintenant au verset : ce qui peut être traduit comme : « n’eût été ce qu’il vit comme preuve évidente de son Seigneur» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 24). Certaines explications estiment que la preuve évidente est qu’il avait vu l’image du prophète Jacob devant lui sur le mur. Certains affirment qu’il avait entendu la voix de Gabriel le mettant en garde de désobéir à Allah… Cependant, il n’y a pas de preuves tangibles ni pour la première, ni pour la deuxième. Certains pensent qu’il avait vu écrit sur le mur : ce qui peut être traduit comme : « Et n’approchez point la fornication. En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin!» (TSC, 'Al-'Isrâ' ' (LE VOYAGE NOCTURNE) : 32), mais rien ne prouve ceci non plus. Est-ce que la preuve évidente est quelque chose de spécifique au prophète Joseph ? Ou une preuve qui peut se manifester à quiconque d’autre ? La signification de la preuve évidente est qu’il s’est rappelé les bienfaisances d’Allah : il s’est rappelé le Paradis entre autres. Ceci dit, la preuve évidente est l’équivalent du soutien d’Allah. Autrement dit ce qu’Allah lui a envoyé comme preuves pour consolider sa décision et le soutenir en lui rappelant le Paradis par exemple. Par conséquent, quiconque d’entre nous aura en tête de commettre un péché n’aura qu’à demander à Allah le soutien et la preuve.

Ainsi, il s’est rappelé le Paradis, l’Enfer, les bienfaisances d’Allah qui lui ont été octroyées … Comment peut-il désobéir à Allah alors qu’Il l’honore et le comble de Ses bienfaits !? Il s’est rappelé le scandale si l’histoire se répandait, ou que cela puisse porter préjudice aux siens… ou de crainte qu'il soit amoindri aux yeux d'Allah et que son rang au Paradis soit abaissé par le fait de ce péché même s'il s'en repentait… et qu’Allah (exalté et glorifié soit-Il) l'interrogera sur ses actes le jour du jugement dernier.

Vous entretenez une relation adultère ? Rappelez-vous donc les preuves de votre Seigneur !

Cependant, est-il possible que la preuve évidente puisse se manifester à un homme ordinaire ? Et comment cela peut-il arriver ?

Oui, ceci arrive quand vous obéissez à Allah en temps d'aisance et que vous évitez les péchés. Dès lors, quand un péché vous tente, Il vous enverra une preuve. Invoquez Allah pour qu’Il vous soutienne et vous envoie Sa preuve. Renforcez la preuve d’Allah dans votre cœur par l’obéissance à Allah. Rappelez-vous beaucoup d’Allah. Priez en veillant la nuit. Obéissez à Allah, invoquez-Le pour qu’Il vous protège des tentations, faites des Omra[2], donnez l’aumône, embrassez les mains de vos pères et mères, maintenez les liens de parenté… En disant : ce qui peut être traduit comme ; «Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 24), nous trouvons qu’Allah lui promet le soutien. Vous aussi, si vous affrontez constamment les tentations, Allah ne permettra pas votre perte ; prouvez seulement votre intégrité.

Le soutien lui a été octroyé parce qu’il était "un de Nos serviteurs élus"… Ceci est le meilleur commentaire qui puisse être dit. Le sens en est qu’il s’est consacré pour Allah uniquement ; c’est-à-dire qu’Allah (exalté et glorifié soit-Il) était le plus important dans sa vie et que Sa satisfaction était son ultime but.

Si vous consacrez votre vie à Allah, il ne vous perdra jamais. Et vous serez comme ce lait que Allah cite en exemple ce qui peut être traduit comme:« [un produit] extrait du [mélange] des excréments [intestinaux] et du sang - un lait pur, délicieux pour les buveurs. » (TSC, 'An-Nahl' (LES ABEILLES) : 66) Pouvez-vous garder votre pureté malgré toutes les vilenies qui peuvent vous entourer ?

Purifiez-vous des vilenies d’ici-bas et ayez l’intention que votre vie soit entièrement consacrée à satisfaire Allah : votre travail, l’éducation de vos enfants… Bref, tout dans votre vie doit être purement adressé à Allah le Très Haut, sans aucune vilenie. Et Il vous protègera de tous les péchés.

Passons au verset suivant ce qui peut être traduit comme: «Et tous deux coururent vers la porte » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 25). Il y a là un récit rapporté, qu’il soit vrai ou faux, ce n’est qu’un récit : On raconte qu'à cet instant, elle lui a dit : « Ô Joseph… Quel beau visage tu as ! » Il lui a répondu : « Dans l’utérus, Allah m’a formé. » Elle lui a dit : « Ô Joseph…Quels beaux cheveux tu as » Il a répondu : « Ce sont les premiers à être consumés dans ma tombe ».  Elle lui a dit : « Ô Joseph…Quels beaux yeux tu as ! » Il a répondu : « Par leur biais je regarderai Allah et je ne lui désobéirai pas avec mon regard » Elle lui a dit : « Ô Joseph ! Lève tes yeux et regarde moi » Il a répondu : « Je crains l’aveuglement le jour de la Rencontre ».

Et là, j’en glisse un mot à ceux qui ne détournent pas leurs regards de se rappeler le verset suivant ce qui peut être traduit comme « Qu’ils prennent garde ! En vérité ce jour-là un voile les empêchera de voir leur Seigneur» (TSC, 'Al-Moutaffifîn' (LES FRAUDEURS) : 15). Il a eu peur qu’à force de « salir » l’œil, il soit privé du plaisir le plus intense dans l’existence : celui de regarder le visage d’Allah le Très Haut.

Elle lui a dit : « Ô Joseph ! Je veux que tu t’approches de moi… et toi tu t’éloignes » Il lui a répondu : « Si je m’approche de toi, je m’éloignerai d’Allah… Je veux m’approcher d’Allah en m’éloignant de toi »

« Et tous deux coururent vers la porte » : Qu’Allah soit glorifié : « Vos efforts sont divergents» (TSC, 'Al-Layl' (LA NUIT) : 4) parce qu’ils ont tous deux couru vers la porte pour des raisons différentes. Cependant, « …elle ferma bien les portes» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 23). Ceci veut dire qu’ils ont essayé toutes les portes. Mais vu l’extrême abjection de cette femme, elle était décidée à commettre le péché. Une fois que la femme perd sa pudeur et son sens de la religion, elle frise l’extrême indignité. Avez-vous noté la différence entre l’honneur en obéissant à Allah et le déshonneur en commettant des péchés ? Avez-vous noté combien elle était avilie ? Fais attention pour ne pas te trouver aussi humiliée qu’elle.

Mais qui était le premier à parvenir à bout ? Qui était le plus fort : le désir ou l’obéissance ? C’est lui qui était le premier à atteindre la porte, la preuve en est -ce qui peut être traduit comme « et elle lui déchira sa tunique par derrière» (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 25). Son extrême abaissement l’a entraînée jusqu’à déchirer son habit, elle, la femme faible, a pu déchirer l'habit de l'homme qui avait atteint sa maturité…

Parlons de la splendeur du style coranique qui convient autant à la personne ordinaire goûtant à la beauté du texte qu’au penseur ou au chercheur qui approfondit sa compréhension et analyse les significations.

La tunique avait été évoquée à trois reprises dans toute l’histoire, tout en sachant qu’elle n’est pas la même :

·                                 Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 18)

·                                 Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 25)

·                                 Emportez ma tunique que voici, et appliquez-la sur le visage de mon père : il recouvrera [aussitôt] la vue (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 93)

Mais pourquoi est-elle évoquée de cette manière ? C’est l’art islamique, et le but en est le suspens et notamment une invitation à réfléchir encore et encore… D'un point de vue artistique, ce style est utilisé de nos jours, mais Allah le Très Haut l’a utilisé depuis 1400 ans. Notons que l’art en lui-même n’est pas une transgression ; il est au contraire licite. La preuve en est qu’Allah raconte les meilleurs récits. Allah a même accordé de l’importance aux différentes portées du récit, ses événements, ses personnages, son tissage, au point que vous trouverez que l’art de la narration dans le Coran est un art sublime.

ce qui peut être traduit comme « Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent le mari [de cette femme] à la porte » (TSC, 'Youssouf' (JOSEPH) : 25). Ils ont donc couru et notre maître Joseph a essayé toutes les portes jusqu’à la dernière, là où elle lui déchira sa tunique par derrière. En ouvrant la dernière porte, son maître était là.

Son maître veut dire Al Azize. Les anciens égyptiens avaient l’habitude de valoriser le mari et de le considérer comme le maître. Je rappelle aux femmes l’importance de respecter leur époux parce qu’il y a des foyers qui se ruinent rien qu’à cause du désir de la femme d’être l’égale de son mari. Je les avertis également du danger d’afficher du mépris à l'égard de leur époux devant les autres et de celui de le blâmer chaque fois qu’il commet une erreur ou sans qu’il commette une erreur ; c’est-à-dire avec ou sans raison… jusqu’à ce que l’homme commence à se sentir diminué parce qu’elle ne valorise pas sa virilité et qu'il commence à chercher la personne qui pourrait le faire, la personne à qui il peut parler et se confier sans qu’il se fasse blâmer.

Faites sentir à votre mari qu’il a sa valeur à vos yeux… Louez-le et ne le blâmez pas pour qu’il ne s’enfuie pas.



[1] Union non officielle.

[2] Petit pélerinage



[i] TSC : Traduction des sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu’à présent de la sourate sus mentionné. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du noble Coran.