L’histoire de Youssouf : A3

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, et que les bénédictions et la paix d'Allah soient sur le plus noble des messagers, notre prophète Mohammed. Louange à Allah, nous recourons à Lui et nous Lui demandons de nous guider, nous pardonner, et nous préserver de nos mauvaises actions. Celui à qui Allah montre le bon chemin est guidé et celui qui s'égare n'a ni maître ni conseiller.

Nous sommes toujours avec le récit du prophète Joseph et nous aurons besoin d’exemplaires du Noble Coran naturellement.

Il ne convient pas d’assister au récit du prophète Joseph sans le Noble Coran à la main. Pourquoi ne convient-il pas d’assister au récit du prophète Joseph sans avoir le Noble Coran à la main ? Parce que tu ne sauras pas suivre. Parce qu’en ayant avec toi le Noble Coran tu vas ressentir les versets de façon totalement différente. Plus encore tu vas apprendre en assistant avec nous. Un conseil mes chers, ayez toujours un petit exemplaire du Noble Coran dans la poche. Ces petits exemplaires de poche comme ceux d’Al Madina ou autre sont de très bons exemplaires et ils te permettront d’avoir le Coran toujours avec toi et t’éloigneront du péché. En vérité lorsque tu es relié au Livre tu ne sauras pas commettre de péché et cela te portera à lire le Coran et à le réviser jour et nuit.

En fait, j’ai constaté que dans toute mosquée on distribue des Noble Coran, ceci est naturellement une bonne chose. Mieux que cela c’est d’avoir sur toi ton Noble Coran, où que tu ailles tu l’as dans ta poche telle une arme qui te  tranquillise et te protège. Alors ce que je vous conseille c’est que la prochaine fois quand on dira ouvrons le Noble Coran, que personne n’aille le chercher car chacun aura le sien dans sa poche, et on aura ainsi accompli une œuvre extraordinaire.

Deuxièmement mes chers frères pourquoi relatons-nous les récits des prophètes ?

Le fait de relater les récits des prophètes a plusieurs finalités. La première est que nous voulons te porter à aimer le Coran, car tu ne sauras aimer le Coran que lorsque tu comprendras ces versets. En vivant les récits des prophètes tu t’attacheras plus et tu aimeras plus le Coran. C’est pour cela que je dis que chacun doit avoir sur lui son Noble Coran. Avant, je ne me comportais pas comme ça avec le Coran et je ne le comprenais pas comme ça. Tu commenceras à ressentir dans le Coran une nouvelle douceur et à le comprendre autrement.

La seconde utilité des récits des prophètes est que tant qu’on vit avec ces récits on en tire des leçons et des moralités dans notre vie. Aujourd’hui nous allons tirer quatre valeurs essentielles que tout musulman doit avoir. Je vous dirai à la fin du cours ce que sont ces quatre valeurs.

Je vais revenir une année en arrière et parler brièvement afin que ceux qui se sont absentés un moment puissent suivre avec nous et savoir de quoi on parle…

Jacob avait douze fils dont dix issus d’une mère et deux d’une autre. Les deux fils provenant de la seconde mère étaient les plus jeunes, Joseph et son frère Benyamin. Les dix autres étaient les plus âgés et formaient un grand groupe. Ils avaient atteint l’âge adulte et ce sont eux qui s’occupaient des affaires du prophète Jacob qui prenait de l’âge et qui comptait essentiellement sur eux. Les deux plus petits étaient encore des enfants et étaient issus d’une deuxième mère alors jacob était plus affectueux avec eux comme n’importe quel père et n’importe quelle mère ferait à l’égard de son plus jeune enfant…Montrer un peu plus d’affection pour le plus petit des enfants était ce qu’avait fait Jacob …

Mais note à part… Jacob avait épousé deux femmes ? Et Abraham également avait épousé deux femmes ? Pourquoi alors accuse-t-on l’Islam d’être très dur et qu’il encourage la polygamie ? N’est-il pas vrai que tous les prophètes étaient comme cela…Pourquoi alors s’en prendre à l’Islam ? Quelqu’un a-t-il pensé à cela avant ? Voilà que Jacob, et avant lui Abraham avait épousé Hager et Sara…Nous ne voulons pas que les femmes nous en veulent, nous ne voulons pas par là pousser les hommes à se remarier…Nous sommes venus défendre l’Islam, et dire à ceux qui le combattent : pourquoi vous en prendre à l’Islam si tous les prophètes avant étaient comme cela ? Ceci était juste une brève remarque qui ne dérangera pas les femmes j’espère…

Jacob écouta le prophète Joseph relater le songe où il vit onze astres se prosterner devant lui, ainsi que le soleil et la lune. Jacob l’interpréta ainsi : les onze frères de Joseph se soumettront à lui, de même que Jacob lui-même ainsi que sa femme – donc le père et la mère qui sont le soleil et la lune – se prosterneront devant lui également c’est-à-dire qu’ils s’y soumettront eux aussi.

Jacob était prophète, il s’est dit qu’un prophète ne se soumet qu’à un autre prophète. Il sut alors que le sens de cette vision était que Joseph allait être un prophète.

Ainsi Jacob avait la conviction que Joseph sera prophète. Quel âge avait Joseph à ce moment-là ? Il avait entre neuf et douze ans. Et maintenant il allait vers les douze ans, alors ses frères commençaient à conspirer contre lui. Pourquoi ? Ils commençaient à sentir qu’il était très spécial. Ils sentaient que leur père l’affectionnait plus qu’eux. Ceci n’était nullement une ségrégation de la part du prophète Jacob vis-à-vis de ses enfants. Pas du tout. Cela est naturel chez tout père ayant un petit enfant à l'égard duquel il manifeste une plus grande affection.

Avançons depuis le verset 7 : « Il y avait certainement, en Joseph et ses frères, des exhortations pour ceux qui s’interrogent ». Qui étaient les frères de Joseph ? Combien étaient-ils ? Ils étaient dix. Quelqu’un les connaît-il ? Faites attention ces dix-là sont les ancêtres des Tribus juives. Toute la descendance des juifs est issue des dix frères de Joseph. Et que nous en importe t-il ? Avez-vous remarqué leurs qualités, leur rancune et ce qu’ils allaient faire ? Nous verrons ainsi que les  qualités ont été transmises. Analysons le cas de ces dix-là et qu’y trouverons nous ? Nous y trouvons une grande rancune. Nous y trouvons une grande envie. Vous y trouverez le sentiment d’oppression… Ils croyaient que leur père leur préférait Joseph alors qu’ils étaient tous ses enfants… Nous allons voir que Jacob les aime vraiment… Pourquoi alors avaient-ils ce sentiment-là ? …ils avaient un sentiment interne permanent d’oppression.

Vous allez voir la facilité avec laquelle ils envisagent facilement le meurtre « Tuez Joseph… », « …Et lorsqu’ils l’eurent emmené et se furent mis d’accord… »…ils étaient unanimes à vouloir le tuer…Et avec quelle facilité ! Vous y trouverez l’arrogance avec les prophètes « …Notre père est vraiment dans un tort évident. ». Imaginez quelqu’un dire cela de son père ! …notre père a tort…notre père a de fausses idées…il est perdu…il est délirant… Vous voyez les qualités ? Vous voyez les qualités des dix dont descendront les juifs après ?

Revenons donc « Il y avait certainement, en Joseph et ses frères, des exhortations pour ceux qui s’interrogent » le verset 8 : « Quand ceux-ci dirent : « Joseph et son frère sont plus aimés de notre père que nous, alors que nous sommes un groupe bien fort. Notre père est vraiment dans un tort évident. Tuez Joseph ou bien éloignez-le dans n’importe quel pays, afin que le visage de votre père se tourne exclusivement vers vous, et que vous soyez après cela des gens de bien. » le verset 10 : « L’un d’eux dit : « Ne tuez pas Joseph, mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits… » Que leur a-t-il dit ? Ne le tuez pas…nous faisons quoi alors ?… Jetez-le dans un puits sans fond… Vous imaginez ? Quelle affection !

Faites attention celui-là pourrait être le pire… Pourquoi ? Celui-là veut s’enfuir de lui-même. Il ne veut pas commettre de meurtre avec ses mains, alors il leur a suggéré de le jeter dans un puits profond… Nous avions longuement discuté le terme (ghayabat’). Il vient de (ghayb’) qui signifie invisible. Le monde des djin’ (Génies) et des anges est appelé monde invisible, le Paradis et l’Enfer sont de l’invisible. « …qui croient à l’invisible... ». Et de là est venu le mot (ghay’ba) : médisance, c’est-à-dire parler de quelqu’un en son absence. De là également est venu le mot (tombe). Le mot (tombe) en arabe est  (way’ba) ou (ghayb’), car tu le dissimules en l’enfouissant. Tu le fais descendre sous terre et il ne sera plus visible. Vous imaginez-vous où ils l’ont mis ? Dans les profondeurs…Imaginez ? Imaginez-vous que celui-là est le plus bon d’entre eux.

«…au fond du puits…»…il a dit dans le texte original arabe (joubb’)  qui signifie (fosse) et non un puits. Pourquoi ? Parce que le mot puits désigne un puits ordinaire mais (joubb’) est un puits profond plein de serpents et de scorpions, très obscur… Lorsque tu veux parler d’un puits sans fond c’est-à-dire très profond tu ne diras pas (un puits) mais (joubb’) : une fosse.

Alors le meilleur d’entre eux leur dira : ne le tuez point mais jetez-le dans les profondeurs de la fosse. Ensuite, voulant étouffer ses scrupules il dira : «…afin que quelque caravane le recueille…». Comme si c’était possible d’être jeté dans les profondeurs d’un puits en plein désert et d’être retrouvé !

Ils l’emmenèrent donc avec eux… Ils craignaient s’ils le jetaient dans un puits peu profond que quelqu’un l’en fasse sortir. Comme il connaissait le chemin il pourrait retourner tout seul à la maison. Alors ils ont commencé à pénétrer profondément dans le désert, aussi loin que possible, afin qu’il ne puisse plus revenir... Ils voulaient l’égarer… Quelle rancune !

Ils l’emmenèrent très loin dans le désert : « L’un d’eux dit : « Ne tuez pas Joseph, mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits, afin que quelque caravane le recueille … », nous en tirons une grande signification…quelquefois il nous arrive de leurrer nous-mêmes… Quelqu’un voudrait commettre un péché ou un crime mais il évite de le commettre en plein jour, alors il se leurre car c’est la même chose, il n’y a pas de différence… ou encore il ne voudrait pas se lever pour la prière de l’aube mais il se dit que cela ne se faisait pas, alors il règle le réveil mais en diminuant la sonnerie au maximum…

Ou encore, celui qui ressent que sa liaison avec une fille est illicite mais il lui fait savoir qu’il est gêné de l’appeler à cause de l’illicéité de la situation mais qu’elle pourrait le faire, se trouvant ainsi un prétexte de commettre un péché !

Il ne faut pas se leurrer. Ne faisons pas comme ce qu’a fait le frère de Joseph en suggérant de ne pas le tuer mais de lui faire subir un supplice pire que la mort. Pour étouffer ses scrupules. Alors la conséquence est que Allah les a égarés durant quarante ans. Ils furent égarés pendant quarante années parce qu’ils ont voulu tromper leur propre personne.

Soyez francs avec vous-mêmes. Et lorsque vous commettez un péché assumez-le. Prenez une feuille et un stylo et notez-y vos vices… Inscrivez-y tous vos péchés: médisance, ne pas baisser le regard, corruption, calomnie… Ecrivez et soyez francs avec vous-mêmes.

Croyez-moi mes frères il nous arrive parfois de nous dissimuler des regards des gens pour qu’ils ne découvrent pas nos fautes et puis après nous nous dissimulons de nous-même pour que nous n’affrontions pas nos fautes alors le jour de la résurrection nos fautes nous surprendront…Par Allah affrontons-nous nous-mêmes…

Mes chers je ne suis pas venu raconter des histoires et des événements. Moi je me mets devant le verset, et en préparant je me dis : Seigneur quel bénéfice les gens vont-ils tirer de ce verset-là ? Et en faisant ressortir les sens des versets je suis surpris de trouver que les livres d’exégèse disent la même chose comme si les versets étaient clairs et les significations claires…

« Tuez Joseph ou bien éloignez-le dans n’importe quel pays, afin que le visage de votre père se tourne exclusivement vers vous, et que vous soyez après cela des gens de bien. » Que veut dire : « …et que vous soyez après cela des gens de bien. » ? Ils avaient l’intention en même temps de tuer et de se repentir. Imaginez… avoir en même temps l’intention de commettre le péché et de se repentir, est-ce acceptable ? Elle fut refusée pour quarante ans.

Il y a des gens qui agissent de la même manière. Ils jurent devant Allah, juste avant de commettre le péché, que ça sera la dernière fois et qu’ils vont se repentir après ! Ils jurent par exemple que ça serait la dernière fois qu’ils sortiraient avec une untelle… La conséquence sera qu’Allah te fera oublier le repentir pour vingt, trente ans… C’est ce qui s’est passé avec les frères de Joseph. Il leur a fait oublier le retour et étaient restés égarés. Ils étaient restés éloignés de leur père quarante ans, incapables de l’affronter. Ne vous laissez donc pas abuser par le diable.

Le verset 10 : « L’un d’eux dit : « Ne tuez pas Joseph, mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits, afin que quelque caravane le recueille … » Le verset 11 : « Ils dirent : « Ô notre père, qu’as-tu à ne pas te fier à nous au sujet de Joseph ? Nous sommes cependant bien intentionnés à son égard. Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer. » »

« Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer ». On parle ici de jouer ! Que veut dire le mot (yartaâ’) : (transcrit en français ici : faire une promenade) ? Ca vient de (rataâ’) c’est-à-dire manger comme on veut tout en jouant. Alors le mot (jouer) existe-t-il dans le Coran ? C’est-à-dire est-il convenable qu’il y ait ce mot (jouer) dans le Coran ?

Comprenez la religion dans son ensemble. L’Islam inclut le repos, la pause et il inclut le sport et l’excursion, et il englobe la jouissance de la vie tant que tu ne désobéis pas à notre Seigneur. Pour preuve le Coran lui-même a affirmé le mot (jouer)… Il l’a rapporté … Tant que tu ne désobéis pas à notre Seigneur. Pourquoi a-t-Il affirmé cela dans le Coran ? Parce que c’est recommandé pour la jeunesse. Faites attention au fait que ceux-là étaient tous des jeunes. Il est recommandé de jouer et de sortir : « Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer. Et nous veillerons sur lui ». « Il dit : « Certes, je m’attristerai que vous l’emmeniez ; et je crains que le loup ne le dévore dans un moment où vous ne ferez pas attention à lui. Ils dirent : « Si le loup le dévore alors que nous sommes nombreux, nous serons vraiment les perdants ».

Pourquoi Jacob a-t-il évoqué le loup ? Parce que la région où ils allaient jouer en pullulait.

Le verset 15 : « Et lorsqu’ils l’eurent emmené, et se furent mis d’accord pour le jeter dans les profondeurs invisibles du puits, Nous lui révélâmes : « Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte ». Imaginez alors qu’ils l’emmenaient…imaginez les injures, les coups, l’humiliation, la rancœur, la rancune alors qu’ils sont ses frères et qu’il avait juste douze ans. Imaginez l’état du prophète Joseph et imaginez qu’ils allaient le jeter dans un puits et qu’ils allaient lui enlever sa tunique… Pourquoi lui enlèveraient-ils sa tunique ? « Ils apportèrent sa tunique… ». Ils lui enlevèrent donc ses vêtements et continuèrent à chercher un puits au fond du désert.

Imaginez l’épreuve subie par Joseph ? Quelqu’un a-t-il subi pareille épreuve ou plus dur que cela?

Ils continuèrent à avancer dans le désert jusqu’à ce qu’ils arrivèrent à un puits profond au milieu du désert, et s’assurèrent que Joseph ne pouvait pas revenir… qu’il était totalement égaré et que même s’il sortait du puits –et c’était impossible – il ne saurait retrouver son chemin. Et puis après ils ne le feront pas descendre jusqu’au fond du puits mais le jetteront purement et simplement au milieu…Vous saisissez le mot (le jeter) ? C’est-à-dire qu’il est probable qu’il se tue dans la chute…

Il se retrouva au fond du puits où il y avait de l’eau, des rochers, et des serpents… Imaginez-le, à douze ans, entendant le bruit des serpents et des scorpions… Il restera trois nuits dans le puits. Comment va-t-il se nourrir ?… et comment survivra-t-il ?… et quelle douleur ?… et quelle peur ?… et quelle obscurité ?…

La moralité essentielle a tirer de ce récit est la patience. Prenez exemple sur le prophète Joseph (sur lui le Salut). Alors, quoi qu’il vous arrive comme épreuve, ayez patience. Quelles épreuves avez-vous subi dans votre vie, comparées à celles subies par le prophète Joseph ?

Joseph ne crut pas que ses frères allaient lui faire cela. Il les a sûrement appelés tandis que leurs voix s’éloignaient : « Frères !… Est-ce cela ce que vous a recommandé mon père ?… » Mais ils ne répondirent pas… Quelle dureté de cœur ?…Quelle ingratitude

Le verset dit : « …ils se furent mis d’accord… » ; Se peut-il qu’aucun d’entre eux ne s’opposa à leur plan de faire subir à Joseph une telle épreuve et d’attrister leur père? Quelle dureté ! Existe-t-il quelqu’un d’aussi dur parmi la nation de Mohammed (BP sur lui) ?

Il en existe malheureusement… La femme dont la sœur est décédée et qui a passé dix ans sans demander des nouvelles de ses neveux et nièces. Ils ne s’entendent pas sur une question d’argent, et si elle les rencontrait dans la rue elle ne les reconnaîtrait pas ! Est-ce raisonnable que ce genre existe parmi la nation de Mohammed (BP sur lui) ?

Malheureusement c genre de personnes existent. Certains vont même jusqu’à quitter leurs parents depuis plusieurs années, et si l’un d’eux rencontrait son oncle dans la rue il ne le reconnaîtrait pas !

Qu’arrive-t-il à la nation ? Nous sommes la cause de ce qui nous arrive. Nous avons détruit les fondations sur lesquelles se dressait notre religion. Où est donc passé le maintien des liens de parenté ? Nous apprenons dans les journaux que untel a tué son père et sa mère ! Et qu’une autre a fait maltraité sa mère… Et des jeunes qui élèvent leur voix sur celle de leur mère la faisant trembler de peur et pleurer !

Nous souffrons désormais d’immenses troubles que nous nous faisons subir « …car Allah ne fait point de tort aux serviteurs ». Notre Seigneur n’opprime personne « …Nous ne leur avons fait aucun tort mais ils se faisaient du tort à eux-mêmes »

Imaginez donc…

Le prophète Joseph se retrouva ainsi dans la fosse tandis que  leurs voix s’éloignaient… Il les as sûrement interpellés : « Frères !… Si vous devez me laisser écoutez alors mon dernier vœu !… ». Il commença à leur dire son vœu… Cette parole se trouve dans les récits et non dans un hadith authentique et n’a pas de preuve, mais on s’imagine qu’il ait dit chose semblable même si ce n’était pas certain.

En les appelant que leur dira-t-il ? Il les appela alors en leur disant : « Frères !…Quand vous vous rassemblerez rappelez-vous ma solitude ! Et quand vous mangerez rappelez-vous ma faim ! Et quand vous boirez rappelez-vous ma soif ! Et quand vous rencontrerez un étranger rappelez-vous mon isolement ! »

Il les interpella dans l’espoir de toucher leur cœur, mais ils ne furent point touchés. Ils avaient un cœur dur, glacé… Tandis qu’il les appelait arriva la Révélation : « Nous lui révélâmes : « Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte ». Calme-toi Joseph Allah est avec toi…

Mes frères, en plein cœur de situations critiques, on trouve la miséricorde et la sérénité qui emplissent les cœurs… Calmez-vous et communiquez avec votre Seigneur… « Nous lui révélâmes… »… cela nous arrivera mais d’une autre manière.

« Nous lui révélâmes : « Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte », comme si notre Seigneur disait : Ô Youssouf cesse de les appeler et occupe-toi plutôt de M’évoquer. Evoque-Moi Je suis Le Durable pour toi.

Il commença à invoquer Allah le Tout-Puissant le Très-Haut comme il est décrit dans la citation : « Ô Toi Qui divertis celui qui est solitaire, et Qui accompagne celui qui est étranger et Qui entend la confidence et Qui découvre le malheur », et il commença à appeler Allah et à l’évoquer.

Je dédie ces paroles à quiconque touché par un malheur, à la mère qui a perdu ses enfants, et au père qui peine dans son travail et qui a des problèmes avec ses enfants, et à celui que les enfants accablent, et à celui qui a perdu son travail, et à celui qui endure une maladie chronique etc. Prenez exemple sur Joseph « Nous lui révélâmes : « Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte ».

Remarquez que Abraham (le salut sur lui) est l’arrière grand-père de Joseph. Par quoi Abraham a-t-il été éprouvé ? Il a été jeté dans le feu, et son arrière petit-fils par quoi a-t-il été éprouvé ? Il a été jeté dans l’eau…comme si Allah (l’Exalté le Très-Haut) voulait nous communiquer une très belle signification… Allah éprouve qui Il veut comme Il veut. Il pourrait éprouver le père et son descendant avec deux choses contraires, celui-là avec le feu et l’autre avec son contraire l’eau. Les deux ont patienté et les deux étaient reliés à Allah. Ainsi tout revient à Allah.

Nous allons donc entamer de nouveaux versets. Le verset 16 : « Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant ». Ce verset est pure psychologie et les professeurs de  psychologie ont besoin d’écouter ce verset…

Première chose : « Et ils vinrent à leur père… »…quand ? « …le soir…». Le Coran contient-il des mots superflus mes frères ? Y aura t-il une différence s’ils venaient la nuit ou à l’aube ou non ? Si. Il y en a. Quelle est la valeur du mot « …le soir… » ?

Parce qu’ils ne pouvaient affronter leur père les yeux dans les yeux en plein jour. Ils seraient trahis. Leurs yeux trahiront leur mensonge… Ils étaient forcés pour cela d’attendre la tombée de la nuit, pour que les regards se voilent par l’obscurité, et qu’ils puissent ainsi proférer leurs mensonges à leur guise. Car il est étonnant comment la face trahit quelque soit l’habileté de la personne à mentir. Quoiqu’elle puisse être capable de mentir et qu’elle ait soigneusement préparé son mensonge, le regard et les traits du visage reflèteront le mensonge de la vérité. C’est une chose innée que notre Seigneur a projetée dans le cœur de l’humanité. Si sa langue profère un mensonge ses yeux ne sauront mentir. Si sa langue ment son visage ne saurait le faire.

Ils avaient commis leur crime mais ils étaient incapables d’affronter de jour leur père. Ils avaient retardé leur retour et étaient restés à attendre qu’il fasse nuit « Et ils vinrent à leur père, le soir… »et qu’il y ait obscurité afin qu’ils mentent comme ils veulent…

Que pourrions nous en tirer comme utilité ? Plusieurs jeunes disent qu’ils sont naïfs car dès qu’ils essayent de mentir, leurs yeux les trahissent. Non vous n’êtes pas naïfs mais vous avez plutôt une nature pure. Alors que la fille capable de mentir à ses parents, qui leur dissimule durant plusieurs années un mariage Orfi[1] ou la fréquentation d’untel et dont le visage est arrivé aussi à exprimer le mensonge, a une nature souillée.

Regardez cette expression « Et ils vinrent à leur père, le soir…» ensuite « Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant » Ressentaient-ils de la douleur ? Pourquoi donc le Coran ne dit-il pas « …faisant semblant de pleurer » au lieu de « Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant » ? Ils s’étaient tellement imprégnés par leur mensonge qu’ils furent touchés par le sort de Joseph… ils pleurèrent. Il faisait nuit et personne ne voyait comment étaient les yeux et personne ne voyait les traits des visages. Il est possible que le visage rie alors qu’ils persistaient à dire à leur père que Joseph leur manquait etc.

A ce propos, l’un des suiveurs du prophète, Al-Aâmach’ était en compagnie de Chouray’h un illustre juge islamique quand une femme vint se plaindre contre une autre femme. Alors en se plaignant elle s’était mise à pleurer tandis que Chouray’h la questionnait sans faire attention à ses larmes. Alors Al-Aâmach’ dit à Chouray’h: "Arrête de la questionner, ne vois-tu pas ses larmes?" Il dit: "Non par Allah, les frères de Youssouf l'ont tué puis ils sont venus pleurer en mentant. Ne juge que par le droit".

Nous apprenons également une autre bonne moralité. Juger les gens selon les faits et réalités. Ceci est une des expériences de la vie que nous apprenons de la sourate "Youssouf". Ne vous ai-je pas dit que ce verset contient des notions de psychologie ?

Le verset 17: "Ils dirent:" Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph auprès de nos effets…" Au fur et à mesure que nous avançons nous trouvons les joyaux que le Coran recèle… Lorsque nous parlons de ‘faire une course’ ; la course à pieds nous vient à l’esprit alors que toutes sortes de compétitions y sont incluses, la course de chevaux, ou encore le tir à l'arc ou encore le ballon. Je ne dis pas qu'ils étaient en train de jouer au ballon mais je veux dire que cela existe dans le Coran…

Qu'on ne comprenne pas que j’encourage tout le monde à jouer jour et nuit. Je vous dis que l'Islam inclut le sport et il inclut les loisirs et voici que le Coran l'affirme. Il ne faut pas compliquer les choses, ne regardez pas l'Islam d'un angle très aigu… l'Islam n'est pas de rester toute la journée dans la mosquée à prier et à et de ne s'occuper que de dévotion… Ce n'est pas vrai… Nous voulons des gens accomplis dans tous les domaines de la vie. Nous voulons des sportifs ; nous les voulons excellents dans de telle discipline. Vous voudrez être bons musulmans ? Apprenez du Coran…

Donc "…nous sommes allés faire une course…" la voilà affirmée dans le Coran, et nous avons dit qu'elle englobe différents domaines et que Jacob ne l'a pas reniée. "…nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph auprès de nos effets; et le loup l'a dévoré." Evidemment à propos de l'expression "…le loup l'a dévoré", ils voulaient utiliser un terme déjà évoqué par Jacob afin de rendre le scénario plus plausible… Puis après qu'ont-ils dit? "Ils dirent : "…et le loup l'a dévoré. Tu ne nous croiras pas, même si …" remarquez cette expression (même si) "…même si nous disons la vérité". Alors disent-ils la vérité ou mentent-ils ?

Ils mentent… c'est-à-dire qu'ils reconnaissent, même si nous disions vrai tu ne nous croiras pas. Vous savez "Qui doute de lui-même dirait presque prenez-moi"… Leurs paroles les ont trahis sans qu'ils s'en soient aperçus. Comme si le verset voulait dire que quelque soit l’habileté dans le mensonge on se trahit. Regardez, tout le verset te montre comment leur scénario a été bien monté et la fin du verset te montre qu'ils n'avaient pas su mentir, ils sont donc sortis menteurs " Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité".

Il y inclut aussi un autre volet c'est leur insolence avec leur père: toi notre père tu penses toujours du mal de nous. Imaginez quelqu'un dire cela à son père ? En effet, il existe des jeunes gens qui disent cela à leurs parents pour faire pression et obtenir ce qu’ils veulent. Soyez sincères avec vos parents ensuite sollicitez-les.

"Ils dirent:" Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph auprès de nos effets ; et le loup l'a dévoré. Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité".

Le verset 18 : « Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang ». Ce verset-là contient un sens très important.

Premièrement « Ils apportèrent sa tunique… ». Ils vont commettre une autre erreur, ils apportèrent la tunique à leur père telle quelle… ils ne l’avaient pas déchirée ! Ils apportèrent la tunique de Joseph  comme elle était, ils égorgèrent une brebis et prirent un peu de son sang qu’ils étalèrent sur la tunique puis ils sont rentrés en pleurant pour la présenter en tant que preuve de la mort de Joseph.

Alors Jacob regarda la tunique et devina leur mensonge. Regardez la lucidité du croyant. Voyez-vous à quel point le croyant est-il de prompte logique ? Il n’est pas aussi naïf que cela.

Qu’est-ce qui empêche en fait beaucoup de jeunes d’être pieux ? Parce qu’il pense que celui qui est pieux est quelqu’un dont on se moque et qui ne réagit pas. On ne l’imagine pas pieux et perspicace. On ne l’imagine pas pieux et accompli. On ne l’imagine pas pieux et ayant le sens de l’humour. On ne l’imagine pas pieux et débrouillard, réussissant dans son négoce, assimilant le monde dans sa marche…

Donc dès qu’il eut porté son regard sur la tunique, Jacob ne les traita pas de menteurs car il était bien éduqué. S’il leur avait dit à haute voix : vous êtes menteurs, il aurait brisé quelque chose en eux et aurait accru leur rancune envers leur frère, n’est-ce pas ? Donc il ne voulait pas les affronter avec ces paroles. Il les avait émises à demi-mot, de façon dissimulée.

Il y a des pères et des mères qui, quand ils voient leurs enfants commettre un péché, à chaque fois qu’il les contrarie ils lui rappellent ce péché engageant ainsi à l’intérieur de leur fils un travail destructeur… Si vous voulez être de bons éducateurs, contournez les problème et leur des remarques indirectes comme l’a fait Jacob. Au fait vous voyez l’éducation en Islam ? Regardez comment nous faisons sortir à chaque fois un sens différent ?

Donc Jacob ne voulait pas les détruire. Il ne voulait pas les traiter de menteurs, il ne voulait pas en arriver là. Prenez garde à ne pas faire pression sur vos enfants et à les traiter de menteurs et que vous avez découvert leurs mensonges… sauf peut-être s’ils persistent dans leurs mensonges… Il ne convient pas de les humilier à leur première tentative, mais après un certain temps, il faut vous comporter avec eux comme si vous n’aviez rien vu, et corriger de façon indirecte que nous apprenons du prophète Jacob.

Remarquez avec moi le terme « faux sang » : « Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang ». Existe-t-il un vrai sang et un faux sang ? Non. Pourquoi alors a-t-Il dit « faux sang » ? A force de sentir mauvais, le mensonge va s’étendre à toutes les choses qui entourent, à tel point que le sang lui-même dirait presque : je suis faux, je ne suis pas la vérité, je ne suis pas le vrai…

Mes frères je vous mets en garde contre le mensonge. Le Prophète (BP sur lui) dit : « L’homme s’habitue à mentir et cherche toujours à le faire au point d’être inscrit chez Allah parmi les menteurs». Sais-tu ce que veut dire l’expression « cherche toujours à le faire » ? Il cherche la meilleure manière de tisser le mensonge.

Il viendra le jour de la résurrection et sera appelé : « Untel fils d’untel le menteur se présente devant Allah le Tout-Puissant le Majestueux ! »… Voulez-vous rencontrer notre Seigneur en menteur ? Combien de mensonges avez-vous proféré la semaine passée ?

Asmâa a dit au Prophète (BP sur lui): Ô Messager d’Allah, je vois la nourriture que j’aime et je dis aux gens que cela ne me plaît pas. Est-ce un mensonge ? Le Prophète (BP sur lui) lui répondit « le mensonge est certes inscrit jusqu’à ce que le petit mensonge soit inscrit petit mensonge » tout est inscrit.

On a demandé un jour au Prophète (BP sur lui): “Est-ce qu’un croyant vole ?” Est-il possible que quelqu’un puisse être croyant et voler ne serait- ce qu’une fois ? Il a dit : “Oui” On lui a demandé “Est-ce qu’un croyant commet l’adultère?” Un croyant peut-il commette l’adultère ensuite il redevient croyant une seconde fois ? Il a répondu : “Oui”. C’est possible. Mais, lorsqu’on lui a demandé : “Est-ce qu’un croyant ment ?” Il a dit : “Non le croyant ne ment pas”

Vous entendez cela ? Pourquoi ? Car en abandonnant le mensonge on abandonne plusieurs péchés… Si un jeune adolescent fume et avoue le faire tout en sachant que son père pourrait le châtier finira par abandonner la cigarette et ainsi de suite… Toute calamité n’est issue que d’un mensonge ou est couverte par un mensonge…

Vous Ô gens qui basez vos péchés sur le mensonge, persisterez-vous après ce que vous avez entendu aujourd’hui? Allez vous rester menteurs ? Allez-vous continuer à baser vos relations avec vos parents par le mensonge ?

Mes frères je crains par Allah et toute ma crainte est que ces leçons restent des paroles. Des paroles que nous sommes venus écouter et repartir… Je vous en conjure, il serait illicite que nous ayons fait tout cet effort, venir de loin, supportant cette chaleur pour seulement écouter ces paroles. Les musulmans sont fatigués de ne faire qu’écouter… Nous sommes fatigués… La situation de la nation musulmane se détériore jour après jour du fait que les musulmans écoutent seulement.

Par Allah vous qui assistez à ces leçons, bougez, insistez pour changer les choses… Je ne vous demande pas de changer tout d’un coup. Il suffit qu’une seule chose change à chaque fois… Alors je sollicite Allah le Tout-Puissant le Très-Haut qu’il nous fasse don à vous et à moi de la vérité dans cette parole.

« Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang », cette parole-là par Allah me fait mal… le sang qui dit : je suis menteur, vous vous imaginez ?! Regardez cette merveilleuse expression coranique ? « Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang. Il dit : « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose… (Il ne me reste plus donc) qu’une belle patience ! ».

Faites attention il y a une distance entre  « Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang » et l’expression « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré… » Le dialogue même leur demande : bon racontez-moi ce qui s’est passé… et les larmes du prophète Jacob tombèrent sûrement… il était certainement affligé et demandait sûrement en criant : que s’est-il passé ? D’accord mais où est passé tout ce dialogue, il ne figure pas dans le Coran pourquoi ?

De la beauté de la sourate (Youssouf) le fait qu’elle te ménage des espaces… Tu es là à imaginer toi-même le dialogue, c’est comme : « …jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits… »… est-ce que quelqu’un a rapporté ce qui s’est passé dans les profondeurs du puits ? Seulement l’expression « les profondeurs invisibles du puits… » laisse ton esprit préoccupé à deviner ce qui aurait pu se passer dans ces profondeurs… Comme si la signification était que la beauté du récit coranique laisse le spectateur dans le suspens… On dit que le meilleur scénario dramatique dans un film ou dans un feuilleton est celui qui laisse l’esprit du spectateur préoccupé à deviner la suite des événements, et quand il réalise que tout se passe effectivement comme il l’avait prévu il est satisfait de son intelligence…

Ainsi un espace commence… il va les questionner encore et encore et à la fin : « Il dit : « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose… (Il ne me reste plus donc) qu’une belle patience ! »

A première vue est-ce logique qu’il laisse passer la chose avec autant de facilité ? Comment réagirait n’importe quel père dans une situation pareille ? Dira-t-il belle patience et il se tait après ? Il fera l’impossible et ira même à sa recherche lui-même.  Alors pourquoi Jacob n’a-t-il pas agi ainsi ?

Premièrement sait-il si Joseph est vivant ou mort ? Grâce à la vision que Joseph lui avait raconté, il sait qu’il est vivant et qu’il sera prophète… Il est donc vivant, mais Jacob craignait qu’en allant à sa recherche et que s’ils le cachaient quelque part ils ne lui fassent subir encore pire destin…

Parfois des hommes et des femmes sous l’effet de la passion réagissent de manière tout à fait démesurée. Mais regardez à quel point Jacob était indulgent et qu’il mesurait la situation avec raison. Il ne les traita pas de menteurs, ne se vengera pas d’eux car il ne voulait pas perdre les douze frères, vous comprenez ? Il a décidé devant toutes ces circonstances, que ces dix-là sont forts, ce sont eux qui avaient la charge de ses affaires alors que lui il était vieux…

Les jeunes doivent épargner leurs parents et ne pas être comme les frères de Joseph… Il y a des femmes qui se plaignent de leurs enfants… Prenez garde, ce que vous faites subir à vos parents, vos enfants vous le feront subir dans vingt ans…

Jacob n’est pas faible, ni passif mais il est plutôt désarmé, car toute initiative qu’il prendra aura des conséquences désagréables. S’il s’en venge et qu’il les chasse il perdra les douze et peut-être pire encore. Et s’il les traite de menteurs il les détruira sans rien obtenir d’eux. Et s’il court à la recherche de Joseph il se pourrait qu’ils lui fassent plus de mal. Donc à la fin ils feront plus de mal à leur frère et redoubleront de rancune. Il a donc décidé d’adopter la seule attitude possible qu’il avait : « Il dit : « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose… (Il ne me reste plus donc) qu’une belle patience ! »

Par Allah soyez indulgents à l’égard de vos parents mes frères… la fille qui fréquente un garçon à l’insu de son père ou contre le gré de son père et sa mère, épargne ton père et ta mère… par Allah épargne-les… le jeune qui consomme de l’alcool ou qui échoue ou qui rend son père et sa mère dépressifs… le jeune qui voit qu’il est plus fort que ses parents alors qu’ils craignent qu’il leur cause du tort ou qu’il soit audacieux envers eux… Imaginez le chagrin de ce père-là ?

Mes frères, allez embrasser les mains de vos pères et vos mères et prenez soin d’eux pour que vos enfants prennent soin de vous plus tard… Mes frères au fur et à mesure que le temps passe les choses deviennent plus dures… Si tu es dur envers ton père et ta mère aujourd’hui viendra celui qui t’humiliera et qui te fera regretter d’avoir fait pleurer tes parents… Je jure qu’en embrassant leurs mains tu vas ressentir la douceur de la foi dans ton cœur comme si tu avais prié notre Seigneur durant dix ans… une nouvelle douceur… et ne mettez pas vos parents dans la situation dans laquelle Jacob avait dit : « belle patience ! »

Regardez cette expression-là « belle patience » ? Existe-t-il une belle patience et une patience moins belle ? Que veut dire « belle patience » ? Il ne patientera pas n’importe quelle patience. Vous imaginez-vous la position dans laquelle est Jacob (Salut sur lui), est-elle difficile ou pas ? Alors pourquoi leur dit-il belle patience ? C’est comme s’il leur disait : regardez ce que vous lui avez fait ? Alors moi je ne vais ni crier après vous, ni me conduire avec vous avec dégoût, ni être déprimé devant vous. Moi je vais me conduire avec vous avec clémence… C’est une patience sans dégoût, une patience sans plainte, une patience sans désespoir de la miséricorde de Allah… C’est ça la belle patience.

Saurez-vous faire preuve d’une telle patience vous qui avez perdu un enfant ou qui êtes dans une situation difficile. Mes chers, le récit du prophète Joseph est un récit pour ceux qui patientent… ceux qui ont des malheurs…

Les érudits disent : « Ne lira la sourate (Youssouf) un malheureux  que Dieu ne découvre sa peine ». Mais qui pourrait avoir un malheur tel que celui de Jacob et Joseph ?

Pendant que nous parlons de Jacob, que fait Joseph ? Il est dans le supplice, dans le puits … Il est toujours dans l’obscurité durant trois jours, parmi les serpents et les scorpions, sans vêtements, nu en train d’appeler ses frères alors qu’ils partaient, leur disant : « Rendez-moi ma tunique, elle me servira de linceul si je meurs et elle me réchauffera si je vis. Rendez-moi moi ma tunique elle couvrira ma nudité si je vis ». Mes frères, ayez de la patience.

Soyez patients envers quelques petits malheurs… Qui est plus aimé de Allah ? Toi ou Jacob ? Il l’a éprouvé plus que toi. Pourquoi quand il arrive un malheur à l’un d’entre nous, il croit que Allah est contre lui ! Etait-Il en colère contre Jacob et Joseph ? Qu’Il t’ait éprouvé ne veut pas dire qu’Il te hait… Il se pourrait qu’Il t’ait éprouvé parce qu’Il t’aime. Mes frères parfois Allah t’éprouve parce qu’Il t’aime… Comment ça ? Tu as à ton compte un péché et si tu meurs sans qu’il ne te soit pardonné tu iras en Enfer. Allah t’aime et ne veut pas te faire entrer en Enfer, donc Il t’éprouve, supporte un peu… être un peu malmené dans la vie, tu vivras des journées difficiles, cela ne fait rien mais tu n’iras pas en Enfer. Donc choisis l’épreuve de la vie plutôt que celle de l’Au-delà…

Parfois Il t’éprouve parce qu’Il ne veut pas te décevoir le jour de la résurrection… Tu vas rentrer de toute façon au Paradis seulement tu as à ta charge quelques péchés qui te trahiront quand Allah t’appellera en disant : « Ô Mon serviteur,  te fais-tu peu de souci de Ma rencontre ? » Tu vas entrer au Paradis d’accord, mais Il ne veut pas te voir humilié en Sa présence le jour de la résurrection. Il veut que tu Le rencontres la tête haute et que tu Lui dises : Seigneur c’est vrai que j’ai péché mais tel malheur m’a purifié Ô mon Seigneur…

Parfois Allah t’éprouve parce qu’Il veut te faire parvenir un rang plus élevé au Paradis… Tes bonnes actions sont faibles, elles ne te permettront pas d’accéder au Firdaws… Notre Seigneur t’aime, ton cœur est pur Il veut te faire gagner le Paradis Supérieur… Il va te malmener un peu pour compléter tes bonnes actions et accéder au Paradis Supérieur…

Parfois Il éprouve un père et une mère, ils perdent un de leurs enfants et ils se demandent alors pourquoi ils subissent ce malheur alors qu’Il les aime… Car la mère continuera à adresser à son fils de bonnes actions tant qu’elle vit. S’il avait vécu il n’aurait probablement pas fait ces bonnes actions, alors il sera absous et entrera au Paradis Supérieur. Quant à la mère, à force d’avoir été pieuse afin qu’elle puisse adresser de bonnes actions à son fils, elle se retrouve également avec de bonnes actions à son compte, elle est arrivée à un tel degré de piété qu’elle sera admise avec ses enfants au Firdaws…

Mes frères, ayez de la patience envers les épreuves… Parfois Allah vous éprouve pour vous dire : Ne vous soumettez-vous pas ? Jusqu’à quand resterez-vous aussi orgueilleux ?... Soumettez vous à Allah et invoquez Le quand un malheur vous frappe…

Ensuite après avoir dit : belle patience, il a dit : « C’est Allah qu’il faut appeler au secours… »… comme s’il ne pouvait prendre patience que grâce à l’assistance d’Allah. La piété nécessite une assistance et la patience également. Mes chers sans notre Seigneur nous n’y pourrons rien. Même la patience n’est pas possible sans notre Seigneur. A ce propos, je vous demande : qu’est-ce qui est plus beau que l’autre, que tu patientes pour Allah ou que tu patientes par Lui ?

Que tu patientes pour Allah est clair, on ne prend patience que pour Lui, alors que prendre patience par Allah équivaut à dire : « C’est Allah qu’il faut appeler au secours… »… Lequel est plus élevé ?

Les érudits ont prononcé une très belle parabole. Ils disent que des deux il n’y a pas plus beau. Ils ont dit : « On ne pourra patienter à l’égard de Allah que grâce à Allah » (on ne pourra être patient à l’égard de Allah qu’en se faisant aider par Lui). Tu ne sauras avoir patience vis-à-vis de notre Seigneur qu’en sollicitant Son assistance pour qu’Il t’aide à être patient à Son égard.

Mes frères nous n’avons pas autre que Lui je vous le jure. Allez vous le croire mes frères, regardez cette séance que nous tenons maintenant. Par Allah elle est parfois plus chère pour l’un d’entre nous que toute la semaine. Nous allons par notre intention gagner toute la semaine. Des anges venus de toutes parts de la terre se rassemblent pour cette séance-là et notre Seigneur disant : « Je vous rends témoins Mes Anges que je leur ai pardonné. » Nous n’avons pas autre que Lui mes frères…

Selon le texte du hadith du prophète, par Allah pour chaque personne se tenant ici il y a au-dessus de lui un ange: « S’il reste assis dans son lieu de prière, Allah lui envoie un Ange qui dira:“Ô Allah pardonne-lui, ô Allah fais-lui miséricorde, ô Allah pardonne-lui, ô Allah fais-lui miséricorde. » C’est à Allah qu’il faut demander assistance et « C’est Allah qu’il faut appeler au secours… »

Ensuite il a dit : « C’est Allah qu’il faut appeler au secours contre ce que vous racontez. » Donc sait-il qu’ils sont menteurs ou pas ? Voici que les paroles sont très explicites…

A propos mes chers concernant l’expression (belle patience) il est rapporté dans les récits que Djibril (Gabriel) est venu à Jacob : « Il est venu à Jacob alors que ses sourcils sont tombés et qu'il avait perdu la vue" et lui a dit: "Qu'as-tu Ô Jacob ?"Jacob (salut sur lui) lui dit: "Ô Djibril ce qui a fait cela de moi est la longueur du temps et l'abondance des peines"… un temps long et beaucoup de peines. Allah alors révéla à Jacob "Te plains-tu de Moi à autre que Moi Ô Jacob?" Il dit: " Seigneur j'ai fauté pardonne-moi"...

Mes frères imaginez une seule fois durant quarante ans Jacob a dit: « …la longueur du temps et l'abondance des peines » mais celle-ci n'est pas de toi Ô Jacob «  Te plains-tu de Moi à autre que Moi Ô Jacob ? »

Retournons une seconde fois au verset 19 : « Or, vint une caravane. Ils envoyèrent leur chercheur d’eau, qui fit descendre son seau. » Une caravane c’est-à-dire des gens en voyage… Des voyageurs venus de Syrie en direction d’Égypte…

Une question s’impose: qu’est-ce qui les a fait venir dans cette portion du désert ? N’avons-nous pas dit : au fond du désert ? Ils s’étaient égarés. Qui les a fait égarer ? Allah…

Mes frères il y a des événements qui ont lieu et dans lesquelles on voit du mal alors que Allah voudrait en faire profiter quelqu’un d’autre par Sa miséricorde sans que l’on le sache… Gloire à Allah…

Je vous raconte l’histoire du père parti en voyage. Il avait laissé sa femme avec un bébé et un petit enfant… le bébé avait beaucoup de fièvre et était mourant et il n’y avait à la maison que cinquante livres. Alors la mère crut que son enfant été perdu puisqu’il était tard dans la nuit et qu’aucun médecin n’accepterait de venir le voir…

Elle entendit frapper à la porte. Etonnée, elle ouvrit la porte et trouva quelqu’un qui se présenta comme étant un médecin et demanda à voir le malade… Stupéfaite, elle emmena le médecin auprès de son fils. Il le consulta et lui donna un remède et la rassura… Alors qu’il partait, elle lui demanda qui l’avait envoyé chez eux… Ce fut au tour du médecin de lui demander s’il était à la bonne adresse… Il s’était trompé d’appartement !

Gloire à celui Qui rendit malade quelqu’un dans l’appartement voisin. Ce malade serait absous de ses péchés après être tombé malade après s’être demandé pourquoi Allah l’avait rendu malade ! Mon frère, pour que l’on secoure l’enfant de ton voisin… Gloire à celui Qui rendit malade quelqu’un dans l’appartement voisin et Gloire à celui Qui fit que la main du médecin se trompe en frappant à cette porte au lieu de l’autre…

« Or, vint une caravane. Ils envoyèrent leur chercheur d’eau…».

« ...Ils envoyèrent leur chercheur d’eau… » Le chercheur d’eau est l’homme chargé de remonter l’eau du puits. Ils envoyèrent donc leur chercheur d’eau et étaient restés loin. L’homme «…qui fit descendre son sceau…»… il est en train de descendre… Regarde de quelle manière éloquente le Coran fait augmenter la tension de tes sens… Il descend… descend…et soudain il senti que quelque chose de lourd s’était accrochée et il commença à tirer… Ce n’est pas de l’eau… Il vit devant ses yeux un garçon comme il n’y en a pas de plus beau. Il dit : « Bonne nouvelle !… »

Par « Bonne nouvelle ! » il appelait la joie elle-même. A force de joie il avait dit « Bonne nouvelle ! » comme si à force d’être joyeux il avait dit : Ô joie viens voir ma joie… Voyez-vous la beauté de l’expression coranique ? Il veut te dire combien il était joyeux ?

A propos il se pourrait que dans vingt ans, un autre vienne au même endroit ici, relatant le même récit et qu’il en fasse sortir de nouveaux sens. Vrai ou pas ? Le Coran se renouvelle mes frères. Tout ce que l’on dira n’épuisera pas les sens qu’il contient. C’est pour cela que dans une citation que j’aime beaucoup il est dit : « Seigneur fais que le Coran soit pour nous un compagnon dans la vie et un confident dans la tombe ». Savez-vous comment moi je conçois le terme « confident » ? Le Coran viendra et se mettra à dévoiler pour toi ses secrets au fur et à mesure, et toi tu te diras à chaque fois : Allah ! C’était donc cela le sens ?

Regarde ceux qui sont ici comment ils sont contents aujourd’hui ? Imagine alors quand tu seras comme ça avec tout le Coran ? Et que tu connaisses tous les secrets ? Gloire à celui Qui inspire qui Il veut comme Il veut.

Il dit : « Bonne nouvelle ! » Ô joie viens voir ma joie « Voilà un garçon ! ». Il avait donc quel âge ? Son âge est de douze à quatorze ans. Donc il est certain qu’il n’a pas dépassé l’âge de quatorze ans et le plus probable qui a été rapporté est qu’il avait douze ans.

« Et ils le dissimulèrent (pour le vendre) telle une marchandise ». Qui le dissimulèrent ? La caravane n’est-ce pas ? Ou le chercheur d’eau ?



[1] Union non officielle